Voyagesdetontonjef


Voyages,Voyages en Camping-Car,vieux véhicules dits de collection & autres moyens de transport,vieilles mécaniques, aires de service , détente, humour,recettes de cuisine,
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GalerieGalerie  ConnexionConnexion  
On est le Dim 16 Déc 2018, 01:51 , Bienvenu(e) sur le forum Invité si vous souhaitez venir partager vos voyages avec nous, cliquez  >>ICI<< nos pages sont à votre disposition pour les partager, chacun fait comme il veut.



Un petit coup de main nous ferait plaisir:allez consulter le post de soutien de Cherokee et envoyez les mails dont il a besoin pour créer une aire de CC à Nancy ou consultez son mini site: http://airecampingcar.fr.gd/
Précision importante, vous n'aurez accès à l'ensemble du forum qu’après  une présentation faite >>ICI<<  , merci de votre compréhension.
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 250 ans dans la vie des Vaudois

Aller en bas 
AuteurMessage
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1784: la passion du théâtre   Dim 25 Nov 2012, 22:10

1784: la passion du théâtre
250 ans dans la vie des Vaudois

Source 24 Heures.ch
A Lausanne, on joue chez les aristocrates du coin, puis vient la première salle permanente

Nombre de pièces de Voltaire sont jouées à Lausanne.
Voltaire assistant à une représentation de Zaïre, peinture sur bois de Dalberg en douze panneaux (ici les panneaux A et B), en atteste.
MARC VANAPPELGHEM POUR LES ÉDITIONS DE L’AIRE




Cette année-là...
6 janvier
L’Empire ottoman accepte l’annexion de la Crimée par la Russie au Traité de Constantinople.
14 janvier?Ratification par le Congrès des Etats-Unis du premier traité de paix entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Il
entérine le Traité de Paris qui reconnaît l’Indépendance des Etats-Unis.
Géopolitique
Fin de la quatrième guerre anglo-néerlandaise
(1780-1784)
La Hollande perd Negapatam en Inde et doit accorder la liberté de navigation aux Moluques.
31 juillet
Décès de l’écrivain et philosophe Denis Diderot.

La bonne société de Lausanne est férue de théâtre durant la deuxième moitié du XVIIIe. Dès les années 1760, de petites scènes sont aménagées chez les particuliers. On joue la comédie chez Mme de Béthusy, chez Mme Grand de Saint Laurent, M. de Mézery, M. de Montolieu ou encore M. de Chandieu. Ce véritable engouement pour les représentations reflète le goût d’un public cultivé, sur la rive du Léman comme dans toute l’Europe à la même époque.

La «théâtromanie» atteint son paroxysme en s’affirmant comme une caractéristique du «savoir-vivre» aristocratique. Les pièces sont
montées et jouées par des amateurs. La bonne société se passionne particulièrement pour certains genres, et certains auteurs en vogue à Paris.
Dès les années 1770, les comédies de Molière sont montées à Lausanne, plusieurs années après les tragédies de Voltaire, aujourd’hui
tombées dans l’oubli. Au moins 13 des 39 pièces de Voltaire sont jouées à Lausanne tout au long du siècle et en font l’auteur le mieux
représenté dans la région. Mais les spectateurs apprécient aussi l’opéra (dont des opéras bouffes) et les concerts…

A Lausanne mieux qu’à Paris
Cette passion inspire d’ailleurs quelques lignes élogieuses au philosophe de Ferney dans sa correspondance: «On croit chez les badauds de Paris que toute la Suisse est un pays sauvage: on serait bien étonné si on voyait jouer Zaïre à Lausanne, mieux qu’on ne la joue à Paris.»
Voltaire vient d’assister, au cours de l’un de ses fréquents séjours entre 1755 et 1758, à un spectacle dans une petite salle aménagée chez le marquis de Langallerie à Mon-Repos.
L’anecdote est d’autant plus savoureuse que Voltaire se retrouve malgré lui sur la scène.
L’histoire est relatée par le Journal de Lausanne: «On l’a vu un jour sortir d’une coulisse en habit de Lusignan, suivre tout hors de lui la dernière scène de Zaïre, se glisser sur son tabouret sans s’en apercevoir, jusqu’au milieu du théâtre, et se trouver à côté d’Orosmane,
à l’instant où la jalouse et pardonnable fureur lui fait poignarder son amante.»
Dès cette époque, les représentations à Mon-Repos s’enchaînent pendant près de quinze ans. Les Lausannois s’exercent avec
enthousiasme à cet art. Mais, progressivement, les troupes d’amateurs se voient concurrencées par l’arrivée de comédiens professionnels. Dans le même mouvement, le goût du théâtre s’étend au-delà des cercles restreints de la noblesse.

Une salle «en dur»
Les artistes se produisent de façon itinérante, s’arrêtant dans des salles de fortune. Le «grenier des pauvres», à la place Pépinet, est
ainsi mis à contribution au début de l’année 1762. Les comédiens auraient également utilisé l’Hôtel de Ville, ainsi que l’arsenal,
installé dans l’ancienne église Saint-Etienne, à la rue de la Mercerie, sans oublier le stand des arquebusiers, situé hors de la ville. Même la salle de Mon-Repos était une grange «améliorée».
Ces bâtiments sont inconfortables et exigus. En 1784 (1782 selon certaines sources), un comédien nommé Desplasses reçoit finalement l’autorisation de construire un «théâtre pour servir la comédie» sur la place de la Madeleine. Faite de poteaux, de poutres et de croix de Saint-André assemblés et chevillés, la salle comporte un parterre assis, un paradis (balcon), et des places réservées pour le bailli et le bourgmestre.
En 1789, le théâtre est fermé. La comédie de bois sera finalement remplacée par une salle maçonnée et pérenne, à Marterey. Dans ce
faubourg «oriental et populeux», Alexandre Perregaux entreprit la première construction monumentale de la ville.
Le théâtre sera achevé en 1805. Il prendra des allures de temple grec, et sera utilisé pour des divertissements divers: bals, fêtes, concerts, théâtres ou autres réunions publiques.
Source: Mozart 1766… En passant par Lausanne, Opéra de Lausanne, Vie Art Cité, Editions de l’Aire, 2006.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1783: l'envol des premiers ballons   Dim 25 Nov 2012, 21:55

1783: l'envol des premiers ballons
250 ans dans la vie des Vaudois

Source 24 Heures.ch


D’abord gonflés à l’air chaud, puis à l’hydrogène, les engins décollent de Paris et de Lausanne aussi
L'envol de Rozier et d'Arlandes du 21 novembre 1783

Cette année-là...
5 février
Un tremblement de terre touche l’Italie et fait 50?000 victimes en Calabre.
8 juin
Début de l’éruption du Lakagigar en Islande (fin en 1784): 9000 morts par la faim et sérieuses perturbations climatiques, tout spécialement en Europe. Le climat planétaire sera modifié pendant plus de cinq ans.
Septembre
Le traité de Paris met un terme à la guerre d’Indépendance des Etats-Unis d’Amérique.
Afrique
La Gambie devient britannique. La France récupère ses comptoirs sur les côtes du Sénégal.

Le premier vol d’une montgolfière a lieu près de Lyon en avril 1783. Elle aurait atteint 300?mètres de haut. Rebelote en juin, en public cette fois, jusqu’à 1800 mètres de hauteur. En septembre, à Versailles, Louis XVI assiste à un nouvel envol. Un coq, un canard et un mouton parcourent trois kilomètres à une hauteur de 550?mètres. Peu après, un engin s’élève au-dessus de Lausanne. «Les ballons ayant été inventés cette année à Paris, chaque Pays a eu des gens qui en ont fait et Lausanne aussi; le premier qui y a été lancé était d’environ 6?pieds de haut sur 12 ou 16 de circonférence en carré (sic); il était de papier et la matière dans un réchaud de fil de fer, il fut fait et établi par les soins de Madame Charrière de Bavois; il réussit assez bien, mais en l’air il se brûla et dès lors on en a lancé plusieurs autres qui ont, du plus au moins, mieux réussi.»

Ce document daté de 1783 est cité par Georges-André Bridel dans le journal La famille, en 1910. Mme Charrière de Bavois, née Angélique de Saussure (1735-1817), était célèbre pour son salon littéraire. Elle avait épousé Henri de Charrière, qui a quitté le service sarde en 1789 avec le titre de major général. C’est pourquoi on nomme parfois Madame la générale de Charrière. Elle possédait deux maisons, l’une à la rue de Bourg et l’autre, le Grand-Rosemont, sur la route d’Ouchy.

On sait qu’un nouveau ballon, semblable au premier, part de Montbenon, à une heure de l’après-midi ce même jour, et tombe en bon état à Morrens, une demi-heure plus tard. Il s’agit d’engins non montés.

Pas sans permission!
Le texte du XVIIIe siècle note encore: «Il est à remarquer que la Ville de Lausanne est le premier corps de magistrature qui ait défendu de lancer de ces ballons sans permission, vu les dangers qui les accompagnent, et cette défense a depuis été faite par tout pays et entre autres que je sais par le roi de France et par Leurs Excellences de Berne.»

Le jour de l’an 1784, il se chantait ce couplet du côté de Lausanne: «Par la mode entraînée, Cette illustre assemblée Fixe la destinée Et le sort des ballons; Célébrons leur naissance, Leur sublime existence, Et que leur importance En donne à nos chansons. Pour égayer nos têtes, Nos sérieuses têtes, Des têtes à sermon.»

L’invention des ballons donne des ailes à plus d’un rimailleur. Médiocres mais piquants, les vers suivants sont attribués à l’homme de lettres suisse Jacques-Georges Deyverdun:

«De nos Français Légers comme la renommée, De nos Français Ces ballons sont bien les portraits. Remplis de vent et de fumée Ils s’élèvent à l’empirée. Qu’ils sont Français!»

Revenons à Paris et à la grande histoire de l’aérostation. Le 21 novembre 1783, Etienne et Joseph Montgolfier parviennent à faire voler une montgolfière, dans laquelle se trouvent Jean-François Pilâtre de Rozier et le marquis François-Laurent d’Arlandes. Le premier a étudié la chimie et ouvert, deux ans plus tôt, le premier musée technique, où il procède à des expériences de physique et donne des cours de sciences aux nobles.

C’est lui qui insiste auprès de Louis XVI pour qu’il autorise des vols habités. Le second a rencontré un des Montgolfier lors de ses études et est un adepte du parachutisme. Un an auparavant, il a manqué se tuer en sautant d’une carrière de Montmartre. Ce premier vol avec passagers s’effectue dans un engin gonflé à l’air chaud.

Le 1er décembre 1783, toujours à Paris, Jacques Charles et Marie-Noël Robert survolent les Tuileries, cette fois-ci dans un ballon à gaz. Il restent en l’air deux heures et parcourent 35?kilomètres. Spécialisé dans les travaux sur les gaz, Jacques Charles s’est beaucoup occupé dans ses cours de la force ascensionnelle du dihydrogène en l’insufflant dans des bulles de savon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1782: le miracle de l’or blanc   Dim 25 Nov 2012, 21:32

1782: le miracle de l’or blanc
250 ans dans la vie des Vaudois

Source 24 Heures.ch
La manufacture de porcelaine de Nyon dresse la table chez les notables

Un bol à bouillon orné des classiques bleuets

Cette année-là...
21 avril
Fondation de Bangkok, nouvelle capitale de Rama Ier.
18 juin
Anna Göldin, dernière femme exécutée pour sorcellerie en Suisse.
16 septembre
Le célèbre castrat Farinelli s’éteint à Bologne. Il passa une partie de sa vie à réserver son talent au roi d’Espagne Philippe V.
27 octobre
Naissance à Gênes du violoniste italien Niccolo Paganini, considéré comme l’un des plus grands de l’histoire.
b]Russie[/b]
Le Vaudois Frédéric-César de La Harpe devient précepteur du grand-duc Alexandre.


En décembre 1782, Leurs Excellences de Berne reçoivent en cadeau un magnifique vase de porcelaine, richement décoré, signé d’un petit poisson bleu. Ce présent témoigne du savoir-faire de Jacob Dortu et de son beau-père, Ferdinand Müller, qui viennent d’ouvrir à Nyon une manufacture de porcelaine.
Les deux hommes qui se lancent dans cette aventure – il n’existe alors en Suisse qu’une seule fabrique, fondée à Zurich vingt ans auparavant – espèrent un coup de main pour asseoir une industrie totalement nouvelle dans la région. Ils sollicitent un prêt de 15?000 à 20?000 livres à un taux d’intérêt bas.
Mais, hélas, ces artisans débarqués d’Allemagne reçoivent une fin de non-recevoir. Ils n’appartiennent pas à la bourgeoisie de Nyon et
n’offrent pas les garanties suffisantes pour obtenir les largesses de l’occupant bernois. Les deux hommes, qui ont obtenu du Conseil de Nyon et du bailli local l’autorisation de s’établir à la rue de la Colombière, doivent donc se débrouiller avec les capitaux avancés par
quelques notables du coin.

Une affaire qui ne va pas de soi. Car, aujourd’hui encore, on se perd en conjectures sur les raisons qui ont poussé ces deux peintres
porcelainiers à choisir ce «pays welsch» pour lancer leur manufacture.
La région de Nyon ne recèle ni kaolin, ni feldspath, ni quartz, les trois matières premières nécessaires à la fabrication de l’or blanc.

La Pompadour dicte la mode
Inventée par les Chinois au XIe siècle, la porcelaine, arrivée sur nos tables avec le thé, le café et le chocolat, n’est produite en Europe
qu’à partir du début du XVIIIe, d’abord à la manufacture de Meissen, puis à celle de Sèvres, en France, qui deviendra, sous l’influence de Mme de Pompadour, la manufacture royale qui dicte la mode.
A Nyon, bourgade d’à peine 1600 âmes, on ne peut compter ni sur le soutien d’un roi ni même sur une haute noblesse pour acheter ce qui reste un produit de luxe. Mais, dès le début, Jacob Dortu témoigne d’une étonnante maîtrise technique. Ses formes et ses décors, comme le «Marseille» ou les fameux bleuets et barbeaux, considérés comme les motifs classiques de la porcelaine de Nyon, sont certes empruntés à d’autres manufactures.
Mais il affinera sans cesse la qualité de sa pâte et la variété des décors signés d’un petit poisson bleu, que l’on retrouve dans les
armoiries de Nyon et dans celles de sa famille.
Après quelques années, pourtant, le porcelainier choisit de retourner à Berlin. Il a vendu sa part à Ferdinand Müller, qui décide, en 1787, de transférer l’atelier à Genève. Indignation des Nyonnais, qui en appellent à Leurs Excellences de Berne pour retenir l’impudent. Ce dernier sera tout simplement banni de la ville! Dortu revient aussitôt et occupe, avec ses nouveaux associés Moyse Bonnard et Henri Veret, de plus grands locaux à l’endroit connu aujourd’hui sous le nom de rue de la Porcelaine.
C’est le début d’une nouvelle ère, avec une progression spectaculaire de la production et des ventes. Vases pots-pourris, glacières, verrières enrichissent la palette plus courante des théières, cafetières, plats et trembleuses, ces tasses sur soucoupe souvent richement décorées, munies de deux anses pour vieillards grelottants. Le répertoire des ornements explose, avec quelques inventions purement nyonnaises.
Pour l’ancien conservateur du Musée Ariana Roland Blaettler, l’œuvre de Dortu, en majorité de style néoclassique, reste remarquable. «Le génie de Nyon n’est pas tapageur, mais il existe.» Il faut dire que les créateurs, comme les ouvriers, étaient de religion réformée, ce qui explique probablement une certaine retenue stylistique.
Mais l’aventure nyonnaise n’aura duré que trente-deux ans. En 1813, la manufacture tombe en faillite. Lui succédera une fabrique de poterie fine qui perdurera jusqu’en 1979.
Source: Porcelaine de Nyon à Mariemont, édité par le Musée royal de Mariemont avec le Musée historique et des porcelaines de Nyon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1781: le médecin de la montagne   Dim 25 Nov 2012, 21:19

1781: le médecin de la montagne
250 ans dans la vie des Vaudois

Source 24 Heures.ch

On vient de loin, et de Lausanne bien sûr, consulter le fameux Michel Schüppach à Langnau
Gravure de 1775 montrant Michel Schüppach recevant de nobles patients français dans sa pharmacie de Langnau


Cette année-là...

30 janvier:
Le Maryland est le 13e État américain à ratifier les articles de la Confédération.
Janvier-février:
Troubles populaires à Genève contre le Petit Conseil.
18 mai:
Le dernier Inca, Tupac Amaru II, est écartelé et décapité à Cuzco au Pérou.
4 septembre:
Fondation de la ville de Los Angeles par 44 colons espagnols.
Posieux (FR):
Pierre-Nicolas Chenaux, révolutionnaire gruérien, est assassiné par l’un des siens après avoir tenté de renverser le Patriciat de Fribourg.

En ces temps lointains comme aujourd’hui, la maladie guette et rôde. Tous y succombent un jour ou l’autre. Et si à Lausanne le docteur Samuel Tissot jouit d’une formidable réputation, d’autres disciples d’Esculape attirent des cohortes de malades.

Michel Schüppach, établi à Langnau, également dans le canton de Berne, est de ceux-ci. Etait, car en mars 1781, le fameux médecin s’éteint à l’âge de 74?ans d’une attaque de goutte. Ce qui lui vaut un hommage dans le Messager boiteux de l’année suivante: «Ceux qui croyent que l’on ne peut se rendre habile qu’en humant la poussière des universités et en payant un bonnet de docteur devraient être détrompés par l’exemple de cet Hypocrate moderne.»

Ce petit chirurgien de village a étudié l’art de guérir dans la nature. Digne héritier de Paracelse, ce botaniste averti prépare lui-même ses remèdes, essentiellement à base de plantes indigènes.

Comme dit l’almanach veveysan, «sa pharmacie ne détruisait pas l’estomac et ne vidait pas la bourse des malades par des drogues viciées, falsifiées, apportées à grands frais des pays lointains; sa médecine n’était pas à la mode, et elle n’en était que mieux.»

L’examen de l’urine
On vient de loin pour se faire soigner chez lui, de Paris comme de Lausanne, évidemment. On y croise le landgrave de Hesse-Hombourg, la princesse de Hesse-Darmstadt, celle de Baden-Baden ou la comtesse de Champagne. Goethe lui rendit visite. L’historien anglais William Coxe raconte que Schüppach identifiait le problème de ses patients rien qu’en observant leur urine.

Le célèbre cardinal de Rohan arrive porté en chaise par deux grands laquais fringants. Un chariot transporte moult bagages, dont son lit. En tout, son équipage compte jusqu’à huit valets de chambre et laquais qui doivent s’en retourner, car on ne peut les loger. Les séjours chez Michel Schüppach peuvent durer longtemps.

Ces belles dames et grands messieurs côtoient les gens du coin. Car l’empirique médecin a coutume de se lever tôt, de préparer ses potions et de se rendre dans les villages voisins apporter réconfort aux personnes les plus simples, avant de recevoir en sa demeure. Et si l’on en croit une comédie écrite sur lui anonymement, mais attribuée à Samuel Constant (oncle de Benjamin), les aristocrates ne parviennent pas à brûler la politesse aux paysans chez le médecin emmentalois. On le nomme «de la montagne», car sa maison se situe sur une colline élevée.

Dans des lettres adressées à Mme de Sévery, la comtesse de Champagne, en séjour à Langnau pour plus d’un mois, dit y découvrir trente nouveaux visages par jour. Elle souffre de fièvre, avoue un estomac délabré et des douleurs dans les reins (Michel Schüppach ne parviendra pas à la tirer d’affaire).

De Mmes de Montolieu et de Chandieu, elle dit qu’elles sont reparties pour Lausanne, si ce n’est guéries, du moins beaucoup mieux. D’un ami, elle ajoute qu’il ne veut pas que M. Tissot sache qu’il vient ici. Il y a bel et bien concurrence entre les deux médecins, et beaucoup craignent d’indisposer leur ami lausannois s’il devait apprendre leur infidélité… Mme de Montolieu écrit: «Lausanne renaît de ses cendres; tous les «Langnau» reviennent successivement.»

Comme aujourd’hui, les adeptes de traitements naturels se recrutent dans toutes les couches de la société. Le magnétisme est prisé par certains, rejeté par d’autres, dont le docteur Tissot. Les eaux thermales ont la cote. Les riches fréquentent Plombières (F) et Spa (B), les autres Yverdon, Saint-Loup ou Aix-les-Bains. Les sceptiques arguent qu’elles procurent une distraction au malade et un repos pour le médecin traitant. Du Pays de Vaud, ceux qui le peuvent se rendent jusqu’à Lyon pour se faire soigner les dents.

Toutes sortes de potions circulent. Il y a l’eau merveilleuse pour raffermir la vue, à base d’aloès en poudre, de sucre fin, d’eau de rose et de bon vin blanc plutôt doux. Existe même du lait d’ânesse artificiel, composé d’eau de fontaine, de râpure de corne de cerf, d’orge perlée mélangée à quelques escargots nettoyés et de la racine de chardon. L’on fait bouillir le tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1780: l’épicerie voltairienne   Dim 25 Nov 2012, 21:11

1780: l’épicerie voltairienne
250 ans dans la vie des Vaudois

Source 24 Heures.ch
A propos des éditions lausannoises du philosophe et de quelques démêlés.
Ci-contre, gravure du XVIIIe siècle représentant François-Marie Arouet, dit Voltaire, à sa table de travail.

ABIQAIL LEBRECHT/CORBIS

Cette année-là...

12 janvier
Premier numéro de la Zürcher Zeitung de Salomon Gessner.
Octobre
Un grand ouragan secoue les Antilles, faisant plus de 22?000 morts.
29 novembre
A la mort de Marie-Thérèse, son fils Joseph II devient le seul maître de la politique autrichienne jusqu’en 1790.
Londres
La ville devient la plus dynamique du monde et le pôle de l’économie planétaire.
Berne
Le nombre de familles constituant le corps électoral passe de 500 à 230, par extinction naturelle.

Voltaire fut le plus étincelant des beaux esprits qui brillèrent à Lausanne dans la seconde partie du XVIIIe siècle, au dam, voire à la fureur, des graves âmes du lieu. C’est lui sans doute que vise le bourgmestre Antoine Polier quand il écrit, en 1784, six ans après la mort du diabolique histrion de Montriond: «Les magistrats ont pour devoir d’arrêter le progrès de toute doctrine tendant à troubler la tranquillité publique, à renverser l’ordre établi, à secouer le frein de l’autorité, à énerver la morale.» Or, la morale fut «énervée» en nos murs jusqu’en 1995, date de la parution d’un des romans les plus épatants de Jacques Chessex, Le rêve de Voltaire, célébrant sans vergogne «la plus claire intelligence d’Europe». Celle-ci a donc fait florès «chez nous» aussi, mais de façon souvent bousculée, comme en témoigne l’épique roman de la publication des Œuvres complètes de Voltaire à Lausanne, initialement annoncée en trente-six volumes in-octavo (pratiquement A5) et parue entre 1770 et 1782 avec divers accidents de parcours, autant liés à la censure qu’aux aléas du «piratage» éditorial.

C’est aussi que Voltaire campe à la frontière de deux mondes, en principe opposés mais de plus en plus communicants à tous les étages de la société. Ainsi trouvera-t-on, dans les souscripteurs de l’édition lausannoise, le roi de Prusse et l’avoyer d’Erlach (celui-là même qui a fait lacérer et brûler publiquement le Dictionnaire philosophique en 1764), mais aussi nombre de Français, d’Allemands et de Romands de diverses conditions, de telle garnison de marins à Brest à tels lettrés vaudois…

Rien à envier aux magouilles éditoriales actuelles
Du côté des libraires-imprimeurs, qui exploitent le filon de l’édition voltairienne, le moins qu’on puisse dire est que la complicité philosophique, ou la simple rigueur intellectuelle, ne sont pas toujours de mise. Mais les pratiques de Voltaire lui-même ne sont pas en reste en matière d’arnaque et de supercherie. Le genre picaresque est d’époque, qui n’a rien à envier aux magouilles éditoriales contemporaines, bénéficiant évidemment de flous artistiques notables du côté des lois. Et puis, même si l’Autorité morale fronce le sourcil en nos régions réformées soumises à la doctrine «zwinglienne» de Leurs Excellences de Berne, la protection de l’industrie locale incite à la mansuétude plus ou moins hypocrite. On sait que cinq presses de l’imprimeur lausannois François Grasset sont commises à la reproduction d’une œuvre, certes sulfureuse, mais non moins considérable, intéressant toute l’Europe. La police restera aux casernes moyennant quelques subterfuges. Les adresses fictives en sont un.

De noirs orages
En 1769, lorsque François Grasset, au passé tumultueux (il est allé faire la guerre à l’étranger après avoir été interdit de publication et exilé) annonce au clairon la publication des Œuvres complètes à Lausanne, où il a refait surface, ses relations avec le grand écrivain ont déjà connu de noirs orages. En 1759 parut en effet, sous sa responsabilité, un ouvrage intitulé Guerre littéraire et rassemblant des écrits de Voltaire, à l’insu de celui-ci, visiblement destinés à le discréditer. La manœuvre était-elle pilotée par certains pasteurs craignant l’établissement du philosophe à Lausanne, comme l’a prétendu celui-ci? Ce qui est sûr, c’est que Grasset y avait accolé son nom.

Il sera plus prudent avec l’édition des Œuvres complètes, ne «signant» que les ouvrages consacrés au théâtre. Or l’on comprend que l’édition en question, finalement publiée en 57 volumes, n’ait pas été bénie par Voltaire lui-même, notamment à cause d’un volume contenant des pages mensongèrement attribuées à sa plume. Pour «faire vendre», sans doute, les éditeurs lausannois avaient inséré, dans le vingt-troisième tome de l’édition de Lausanne, «plus de cent petites pièces en prose et en vers».

Elles sont taxées de «fatras pour les Halles» par l’intéressé, qui ajoute: «Les éditeurs ont eu encore la bonté d’imprimer à la tête de ces platitudes dégoûtantes: «Le tout revu et corrigé par l’auteur», qui assurément n’en a rien vu.» D’un livre publié «à Londres», l’esprit le plus clair de son siècle, qui porte désormais son nom, aura goûté le smog de la fumisterie! Toute une petite épicerie qu’on dira, finalement, de bonne guerre puisque destinée à faire passer de grandes idées…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1779: Chasses et braconne   Dim 25 Nov 2012, 20:59

1779: Chasses et braconne
250 ans dans la vie des Vaudois

Source 24 Heures.ch


Cette année-là...
Lausanne
Ouverture du Logis d’Ouchy, qui sera appelé Hôtel de l’Ancre des 1820, puis Hôtel d’Angleterre dès 1868.
France
Suivant le conseil de son ministre des Finances,le Genevois Jacques Necker, Louis XVI abolit le servage sur les domaines royaux.
Etats-Unis
Le commandant George Washington envoie ses soldats envahir et dévaster le territoire des Iroquois, alliés aux Britanniques.
Epidémie
La dysenterie ravage le Hainaut, le Brabant, les Flandres, le Luxembourg et les Pays-Bas. Elle fait 175?000 morts dans l’ouest de la France.



En mars de cette année-là, un fumet de vendetta pimente l’air de la Cité. La propriété de M. de Meyn, Lausannois de vieille souche, vient d’être braconnée par des godelureaux qui, au passage, ont insulté son épouse en Bärndütsch. Or, au lieu d’être dédommagées, les victimes ont été sommées de s’excuser: leurs jeunes agresseurs étaient dans leur droit, en leur qualité suzeraine d’enfants du bailli! Leur exaction était aussi un prêté pour un rendu. Deux ans plus tôt, en 1777, un «petit polisson» de la famille Secrétan avait été vu avec un fusil dans la juridiction du château Saint-Maire. Soit sur les pentes boisées de la résidence officielle de Herr Jenner, le représentant de LL.EE. de Berne, qui exigea une amende de 50?florins. Jugeant la sanction exagérée, Monsieur Henri Polier, son lieutenant baillival, parvint à accorder le sursis au pauvre hère. Du coup, les fils Jenner crièrent vengeance.

Recadrons ce fait divers qui éclate neuf ans avant l’indépendance du Pays de Vaud. Lausanne est donc encore gouvernée par un bourgmestre suisse allemand, et ce Jenner semble plus despotique, plus capricieux, que ses prédécesseurs. Son lieutenant (un autochtone par tradition, un francophone) s’évertue, non sans mal, à le rabibocher avec les grandes familles de la ville. Il s’en navre dans une lettre à son frère, le général Georges-Louis Polier: «Quoi qu’il chasse avec beaucoup d’avantage, ayant nombre de bons chiens, grand monde avec lui et plus de 10 coups à tirer sur le premier lièvre qui part, il est sûr que quelques-uns de nos chasseurs se levant plus matin que lui, par la fréquence de leurs courses pourraient beaucoup diminuer le gibier qui est déjà si rare. Aucun baillif n’a jamais fait payer de ban de chasse à un bourgeois. Je lui proposais de prendre Romanel, Crissier et Bussigny pour ses plaisirs, et je garantissais qu’on se ferait une loi de n’y point chasser, mais il trouve que cela n’est pas suffisant.»
Ainsi, à la fin du XVIIIe siècle, la vénerie est une activité encore très disputée et jalousée jusqu’au cœur de l’agglomération lausannoise, et sur les contreforts arborisés du quartier de la Barre. Qu’y tire-t-on?
Au mieux un lièvre «bossu» et ses levrauts, une poule faisane. Sinon un renard descendu des futaies de Sauvabelin, ou des fouines tout aussi immangeables. Plus comestibles sont de gentils oisillons qu’il n’est point encore interdit de tuer: moineaux, mésanges et bergeronnettes. De loin en loin, un merle – faute de grive…

Un journal de 26 300 pages
Mais ce lieutenant baillival, qu’une longue mais discrète carrière administrative fit souffrir souvent entre marteaux et enclumes, ne se
contenta pas de narrer ses états d’âme à son frère. Jean-Henri Polier de Vernand (1715-1791) a enrichi nos archives municipales et cantonales d’un journal personnel impressionnant: 180 grands cahiers à couverture grise, 26?300 feuillets manuscrits. En ce Mémorial universel, il consigna durant trente-sept années, du 1er mars 1754 au 24 mars 1791 – et à raison de quatre à vingt pages par jour –, non seulement des événements et des promulgations ressortissant à sa fonction d’édile adjoint, mais une myriade d’observations sur la vie quotidienne des Lausannois de toute classe sociale. Des gages médiocres d’une servante au prêche d’un nouveau pasteur, et de la mode des jupes «en panier» des riches bourgeoises au prix du vin, à celui de la viande, il vous offre une recette gastronomique originale de cuisine qui, deux siècles plus tard demeure appétissante.
Mais autant ce descendant de huguenots exilés du Rouergue était prolixe dans ses écrits intimes, autant il s’affichait taiseux en société. Son meilleur biographe jusqu’à ce jour, Pierre Morren, le décrit comme un personnage froid, myope, tatillon, misogyne. Mais «avant tout grand travailleur». Un affidé aveugle de Leurs Excellences? Non, notre Polier rongeait son frein: «Ils croient avoir affaire à des roquets, à des âmes de boue qui se laissent avilir à volonté; ils pourront chercher ailleurs s’ils veulent des ministriquets qu’ils souffléteront à plaisir.»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1778: la Parade danse sur papier   Jeu 02 Aoû 2012, 07:53

250 ans dans la vie des Vaudois

1778: la Parade danse sur papier
Source 24 Heures.ch
Le Messager boiteux fixe pour la première fois l’ordre du défilé de la Confrérie des Vignerons à Vevey.
Messager boiteux

Selon Charles Apothéloz, maître d’œuvre de l’avant-dernière Fête des Vignerons du XXe siècle, «c’est en 1778 que parut dans le Messager boiteux la première bande dessinée et gravée d’une Parade. Elle servit de modèle à celles qui suivirent, jusqu’à ce que la Confrérie décide, en 1819, d’éditer ses dépliants officiels.» En fait, le bois gravé de
l’almanach veveysan est publié un an plus tard.

Il n’y a pas encore de gradins sur la place du Marché ce 5 août 1778, la fête n’est qu’une promenade avec stations à travers les rues de Vevey.
Et ce sont les bottiers (les acheteurs de vin) à cheval, la pipe au bec si l’on en croit le dessin, qui ouvrent la marche. «Ce qu’il y a de curieux dans cette fête, écrit le Messager, c’est l’uniforme de tous les membres qui se piquent de garder autant que possible l’équipage de vignerons, et de donner dans leur marche tout le spectacle de la joie champêtre et des travaux relatifs à la culture des vignes.»
Les vignerons apparaissent en vert et blanc, portant chapeau de paille, écharpe blanche et un baril en guise de gibecière. A la main un bâton vert surmonté du couteau courbe, dont on se sert pour tailler la vigne.
L’Abbé déambule en violet avec une crosse à laquelle pend une grappe de raisin. «La troupe fait sa marche en chantant toutes les chansons des vignes dans le langage des paysans (ndlr: en patois). Ils ont aussi
quelques vendangeurs et vendangeuses.» Les musicologues déplorent que ces chansons aient disparu à tout jamais.

Cérès n’est plus joué par un garçon boucher
Bacchus, introduit en 1730, est un jeune garçon et Cérès (déesse des Moissons débarquée dix-sept ans plus tard) n’est plus un garçon boucher comme par le passé, mais une jeune fille à cheval. Ils sont honorés, pour la première fois, par des Grands prêtres et prêtresses. Des hommes déguisés en femmes jouent le rôle de bacchantes. A l’image de la fois précédente, les faunes défilent en habit couleur chair. Des canéphores, jeunes filles porteuses d’une corbeille sacrée, offrent fleurs et fruits aux divinités. Noé est déjà dans le coup et son char représente les
quatre saisons. Sont introduits les porteurs de la grappe de Canaan. Le mélange entre les références païennes et judéo-chrétiennes anime le cortège.
Au départ, on se contentait de fifres et tambours pour l’entraîner. Au fil des années, le corps des musiciens augmente. On paie instrumentistes, chanteurs et chanteuses. En 1759, la trompe de chasse apparaît. Treize musiciens en 1772, douze trois ans plus tard. En 1778 le basson est introduit. «On s’était adressé au maître d’armes de Vevey, qui avait promis d’en jouer gratis «si l’on pouvait lui en procurer un». Dans ces conditions, écrit Jacques Burdet dans La musique dans le Pays de Vaud sous le régime bernois, nous laissons à penser de quelle manière notre escrimeur devait tenir sa partie!»
Le Messager boiteux s’enthousiasme de la belle affluence des étrangers.
Pendant trois jours les voitures ne cessent d’arriver à Vevey. Les auberges se remplissent jusqu’au galetas. Malgré des chambres et des lits chez l’habitant loin à la ronde, certains dorment à la belle étoile. Le port connaît aussi une belle agitation.

Deux inspections par an
Sur le plan professionnel, le Manual de la Confrérie atteste que c’est en 1778 qu’on décide de procéder à deux visites des vignes par an. La première immédiatement après la taille et l’autre dès «qu’elles sont levées». Sans le travail d’inspection de la corporation et la récompense des meilleurs vignerons, point de Parade. Depuis le XVIIe siècle, elle a lieu tous les ans. En 1673, on sait qu’un repas est pris sous les arbres après la procession. Au XVIIIe siècle, le rythme devient triennal, puis, dès 1783, passe à tous les six ans. Sauf en cas de mauvaise récolte ou de gros pépins.
Le chroniqueur ne souhaite qu’une chose pour l’avenir: «Qu’il y eut moins d’élégance dans l’ajustement des vignerons, habits propres mais pas si fins, de la verdure et des fleurs champêtres pour tout ornement, il faudrait en bannir tout ce qui coûte de l’argent, qui dans le fond n’ajoute rien à l’ornement, et qui font trop les vignerons Messieurs.» On sait qu’il ne sera pas écouté. Enfin, cette remarque toute protestante: «Rien n’est plus rare que d’en voir dans cette troupe nombreuse ( ndlr: 200 personnes cette année-là ), qui soient pris de vin au-delà de la
gaîté.»
Ce document très rarement montré passe pour le premier qui ait fixé l’ordre des Parades sur le papier. MESSAGER BOITEUX

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1777: L’Encyclopédie «de poche»   Jeu 02 Aoû 2012, 07:39

250 ans dans la vie des Vaudois

1777: L’Encyclopédie «de poche»
Source 24 Heures.ch
Une version lausannoise permet à l’œuvre de Diderot et d’Alembert d’entrer dans les foyers.

BCU Lausanne

Cette année-là...

1er janvier
Parution du Journal de Paris, premier quotidien français fondé par Antoine Cadet de Vaux, Corancez et Dussieux. Imprimé sur quatre pages, il traite principalement d’événements culturels et de faits divers.
14 juin
Le Second Congrès continental adopte le drapeau des Etats-Unis, the Star-Spangled Banner (la bannière étoilée). Elle comptait 13 bandes horizontales rouges et blanches et autant d’étoiles blanches sur fond bleu, soit une par Etat fondateur.
25 décembre
James Cook découvre l’île Kiribati ou Christmas (de Noël).

Quand Voltaire qualifiait Lausanne de «petite Athènes du nord», il pensait évidemment à sa propre présence en nos murs autant qu’à l’élite lettrée, souvent étrangère, qui l’entourait. Mais notre bonne ville ne brillait pas, au XVIIIe siècle, que par ses salons: l’activité de ses artisans-industriels du livre ne contribuait pas moins à sa notoriété internationale.

Plusieurs entreprises éditoriales en témoignent particulièrement, dont la plus remarquable est certainement, de par son impact et son histoire à rebondissements rocambolesques (lire encadré), la fameuse Encyclopédie de Diderot au format «de poche». Plus précisément: trente-six volumes de texte au format in-octavo (proche d’A5), et trois volumes de planches in-quarto (pratiquement A4).

En mars 1777, le libraire-éditeur et imprimeur François Grasset, dont les menées professionnelles souvent acrobatiques pourraient donner lieu à un roman, remarquait dans une lettre à la Société typographique de Neuchâtel qu’«on fait cette année des encyclopédies comme des brochures». Et, de fait, en novembre de la même année, l’annonce de la publication de l’Encyclopédie au format «de poche» allait être confirmée.

Concurrence acharnée
La nouvelle suscite la fureur de concurrents en train de préparer, à Neuchâtel et à Lyon, une édition de la même somme au format in-quarto, tirée à 8000 exemplaires (un nombre huit fois plus important que la moyenne) et vendue à 60% du prix de l’édition originale. Or l’édition «de poche» rabaissait encore ce prix de 40% dans un format plus accessible à tout un chacun. On comprend mieux, dès lors, les bisbilles homériques qui allaient découler de cette entreprise plus ou moins «pirate», dont la recherche du profit n’était pas le dernier motif… Ce qu’il faut rappeler, alors, c’est le rôle central que joua l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, dirigée par Diderot, déjà arrêté en 1749 pour ses écrits, et d’Alembert, dans la diffusion des idées nouvelles en France et dans toute l’Europe.

En préparation dès 1745, publié dès 1751, cet ouvrage rassemble «une société de savants» de 140 auteurs. Dont des écrivains majeurs, comme Rousseau ou Voltaire. Et des personnages peu connus, à l’image du chevalier de Jaucourt, le plus productif des encyclopédistes avec 17 000 articles. Qualifié d’«immense et immortel» par Voltaire, l’ouvrage allait être vite critiqué et combattu (par les jésuites, les jansénistes, l’Eglise et le parlement) avant d’être interdit après la parution du septième volume. Par la suite, l’adresse fictive de Neuchâtel permit d’achever la publication des dix-sept volumes en in-folio (presque A3) et des onze volumes de planches.

Quant à l’édition «de poche» de l’Encyclopédie, publiée conjointement par les sociétés typographiques de Lausanne et de Berne dès 1778, elle aura indéniablement joué un rôle marquant dans la diffusion de la philosophie des Lumières auprès des classes moyennes et des sociétés littéraires de notre pays, autant qu’en France et en Allemagne. Sa vente par souscription, son prix relativement modique et son format pratique, deux siècles avant les clubs du livre (La Guilde et Rencontre) qui firent florès à Lausanne, auront fait date dans la richissime histoire de l’édition dans notre pays.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1776: Avant de mourir, le Nègre dit sa liberté   Jeu 02 Aoû 2012, 07:31

250 ans dans la vie des Vaudois

1776: Avant de mourir, le Nègre dit sa liberté
Source 24 Heures.ch
Les émouvantes paroles d’un esclave des colonies françaises du Nouveau- Monde sont lues en rase campagne dans Le Messager boiteux.






Cette année-là...


2 janvier  Les Espagnols fondent la ville de Guatemala.

9 mars L’économiste anglais Adam Smith publie Recherche sur la nature et la cause de la richesse des nations.
EsclavageLe parlement britannique rejette le projet d’abolition de la traite des Noirs.
29 juin  Fondation de la ville de San Francisco en Californie.
Brésil La population du Brésil atteint 1,5 million d’habitants, dont 24% de Blancs, 24% de mulâtres, 52% de Noirs. On estime les populations indiennes à 800 000 individus.

Le véritable messager boiteux de Berne apportait l’ailleurs dans les contrées les plus reculées du Pays de Vaud. A travers sa Relation curieuse des choses les plus remarquables (plus de la moitié des 80 pages de l’almanach), il relatait, avec une année de retard, parfois davantage, batailles, faits et gestes princiers, catastrophes et autres
faits divers planétaires.
Rapporté dans l’édition de 1777, ce Discours d’un Nègre prêt à subir le dernier supplice a certainement fait tressaillir dans les chaumières. L’émotion est toujours là. Et l’on mesure à quel point le discours des Lumières, de Montesquieu à Rousseau, était entré dans la culture populaire.
Cela se passe dans une des colonies françaises du Nouveau-Monde. Agathon, un esclave instruit par
un missionnaire, pousse les siens à abandonner leurs fers. Cinq cents personnes tentent de se libérer, mais sont rattrapées. On les condamne à assister au supplice du meneur. Sur l’échafaud, il s’exprime.

«Je pouvais commettre un plus grand crime»
«Hommes à peau blanche, à l’âme atroce: vous qui prenez le nom de mes maîtres, vous que je ne pourrais sans honte appeler mes égaux, vous allez me tuer, tuez-moi. J’ai commis un crime, un grand crime à vos yeux: j’ai rompu mes chaînes, j’ai emmené 500 de mes camarades. Je pouvais commettre un plus grand crime, et vous ne m’en auriez pas puni.
Au lieu de conseiller la fuite, si j’eusse laissé agir mes compagnons, vous étiez tous égorgés, tous brûlés dans vos habitations, la même nuit à la même heure. Je ne l’ai pas voulu. La religion que vous m’avez fait connaître, et que vos mœurs n’ont pu me faire haïr, me le défendait. (…)
Délivrez-moi de mes deux plus grands tourments, de votre vue et de l’esclavage; mais avant de me tuer, écoutez mes dernières paroles.»
Agathon invoque l’Etre suprême qui l’a créé libre. Demande aux Blancs comment il a perdu son indépendance. Affirme que son père n’avait pas le droit de le vendre. «En m’achetant vous avez cru m’ôter la dignité d’homme! Vous m’avez courbé parmi vos bêtes de charge! Et encore… m’avez-vous traité comme vous les traitez?» Rappelant le vénérable missionnaire qui lui a fait chérir les hommes de son espèce, il affirme avoir cru que tous les Blancs étaient comme lui. «Je sentais mon âme s’agrandir en l’écoutant.» L’esclave regardait les humains comme une grande famille. «Quelle famille, grand Dieu! Tyrannie, férocité, avarice d’un côté; soumission, patience, l'esclavage de l’autre: voilà le partage.»

A propos de la cruauté des maîtres
Et Agathon de se questionner sur le temps qu’il lui a fallu pour se guérir de la folie d’aimer les Blancs. Il demande au bourreau de lui délier les bras et découvre des épaules couvertes de cicatrices. Dénonce le traitement subi pour avoir partagé sa pitance avec une mère, dont l’enfant suçait des larmes plutôt que du lait. «Quand mon cadavre sera exposé nu à tous les regards; Noirs, venez y contempler, si vous avez le courage, la férocité de vos maîtres et les traitements que vous devrez attendre. Et vous, Blancs, venez y admirer en souriant les raffinements de votre cruauté. Vous y verrez des incisions que j’ai endurées pour avoir refusé l’accouplement que vous me proposiez sous le nom de mariage.» Un esclave peut-il avoir des enfants, demande-t-il? Non, il multiplie le bétail de ses maîtres.
Et de conclure: «Puisse la race des Noirs, je ne dis pas réduire à la servitude, mais forcer à l’humanité ces Blancs qui l’outragent! (…) Bourreau, fais ton métier, mon corps est à toi. Brise la prison de mon âme, qu’elle aille s’unir à
son Créateur.»
Le Messager boiteux ornait sa Relation curieuse de quatre gravures pleine page, dont une double qui se déplie. En 1777, ce discours se voit illustrer, comme s’il s’agissait de le mettre en avant à l’image de l’incendie du Palais Royal à Paris. En 1792, les Danois abolissent l’esclavage (entrée en vigueur en 1803).
La Convention française leur emboîte le pas en 1794. Napoléon fera marche arrière et la France ne s’en affranchira qu’en 1848, exception faite de l’Algérie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1775-Le-debut-de-la-grande-carriere-de-Jacques-Necker   Dim 06 Mai 2012, 22:15

250 ans dans la vie des Vaudois

1775: Le début de la grande carrière de Jacques Necker
Source 24 heures.ch
C’est un pamphlet qui assure l’ascension politique du Genevois Jacques Necker, le banquier de Louis XVI
[center]

Cette année-là...
23 janvier Première du Barbier de Séville, comédie de Beaumarchais, à Paris.
19 avril Bataille de Lexington et siège de Boston, coup d’envoi de la Guerre d’indépendance des Etats-Unis.
Mai Grande jacquerie en Bohême: des châteaux sont brûlés, des seigneurs assassinés.
Brésil L’esclavage des Indiens est aboli, remplacé par celui des Noirs de la colonie d’Angola.
Novembre Le gouverneur de Virginie promet l’affranchissement aux esclaves qui s’engagent dans l’armée britannique.



Onze mois après la mort de Louis XV, le règne de son petit-fils est pour la première fois troublé par des émeutes inquiétantes.
La politique économique de Turgot, auquel le jeune souverain a confié le contrôle général des finances, se fourvoie dans ce qu’on appelle la «guerre des farines»: hausse des prix des céréales en raison de mauvaises récoltes, donc hausse de celui du pain.
Dans ce contexte paraît à Paris, le 19 avril 1775, un Essai sur la législation et le commerce des grains, qui rend le libéralisme de Turgot responsable de cette déconfiture, car «contraire à une économie morale».
Ce brûlot, qui bat tous les records de vente, est l’œuvre d’un homme de 43 ans, Jacques Necker.
Un Genevois, ambassadeur de sa République à Versailles et qui fut, jusqu’en 1772, un banquier parisien de haut vol et même un syndic de la Compagnie des Indes, dont il ne put empêcher la dissolution. Il avait débarqué à Paris à 15 ans pour travailler à la banque Vernet, puis dans la maison Thélusson, où il devint riche à millions.

Grand argentier du royaume
Homme de chiffres, homme de lettres aussi, Necker avait déjà fait florès, deux ans auparavant, en publiant un Eloge de Colbert, couronné par l’Académie française, où il dressait le portrait d’un argentier idéal pour la France. Une préfiguration en filigrane de celui qu’il allait devenir à trois reprises, entre 1776 et 1790.
La grande Histoire relatera ses tribulations en cette période, la plus tourmentée du royaume: nommé directeur général des finances du royaume en 1776, il s’attire la haine des nobles, du clergé (d’autant plus qu’il entend rester protestant) et des parlementaires en créant des assemblées provinciales, en dénonçant les rentes exorbitantes versées aux courtisans, et en recourant à l’emprunt. Des mesures audacieuses qui
lui valent la sympathie du petit peuple et des roturiers, dont il agrandira la représentation lors d’une fameuse convocation des États généraux, en 1789.
Il va sans dire que cette chronique politique d’outre-Jura est suivie avec attention par les Genevois: Jacques Necker est un des leurs, sinon par son origine – son père était Brandebourgeois –, en tout cas par sa naissance. Les familles patriciennes du Pays de Vaud, encore sous joug bernois, ont l’œil rivé sur son épouse, née Suzanne Curchod, fille du pasteur de Crassier. Une Vaudoise avenante, spirituelle, qui s’était distinguée naguère dans les réunions mondaines les plus huppées de la rue de Bourg à Lausanne.
En tombant amoureuse éperdument, jusqu’à convoler officiellement, de ce généreux Crésus aux yeux doux, sensible comme elle aux arts et à la littérature, elle devient à Paris une «salonnarde», dans le sillage d’une Mme du Deffand ou de Mlle de Lespinasse. Elle accueillera un Marmontel, voire un Diderot.
Son mari, très accaparé par le service de Sa Majesté, n’y passe qu’en météore, car trop poursuivi par des solliciteurs qui le savent «en grâce royale».
Or celle-ci tombera désastreusement, par trois fois. De même que la populace à bonnet rouge finira par le renier: pour avoir perdu la maîtrise des finances, puis renoué avec les méthodes libérales de son vieil ennemi Turgot, il la décevra aussi. Enfin, son troisième et dernier rappel par Louis XVI, après la prise de la Bastille, ne lui est aucunement propice: éclipsé par Mirabeau et étourdi par les événements précipités de la Révolution, il retourne à Genève en 1790, pour finir ses jours dans sa propriété de Coppet, dans le Pays de Vaud, avec sa femme et sa fille, la future Mme de Staël.
Sa chère Suzanne expirera en 1794 à Lausanne, dans le castel de Beaulieu, en surplomb de la ville, racheté dix ans auparavant. Mais c’est dans le parc de leur château de Coppet, au fond d’un bosquet de hêtres, qu’il
l’inhumera dans une espèce de cuve de marbre noir emplie d’esprit-de-vin conservateur. Il la rejoindra en 1804. Lorsque, treize ans après, leur fille, la grande Germaine de Staël, sera ensevelie à leurs côtés,
l’étrange mausolée familial sera muré, devenant à jamais inaccessible au regard des mortels.

Source:
Une singulière famille. Jacques Necker, Suzanne Necker et Germaine de Staël, Jean-Denis Bredin, Ed. Fayard, 460 p.

_________________


Dernière édition par karine73 le Jeu 02 Aoû 2012, 07:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1774: La vie comme à Corcelles dans la «maisonnette»   Dim 06 Mai 2012, 22:13


250 ans dans la vie des Vaudois
1774: La vie comme à Corcelles dans la «maisonnette»
Source 24 heures

Cette année-là...

10 mai  Louis XV meurt de la variole. Son petit-fils, Louis XVI, monte sur le trône.
Littérature  Goethe publie Les souffrances du jeune Werther.
Pionnier  Rhode Island devient le premier Etat d’Amérique à abolir l’esclavage.
4 septembre  Le Britannique James Cook découvre la Nouvelle-Calédonie.
Guerres Alors que la Russie remporte le conflit face à l’Empire ottoman, elle doit affronter une guerre menée par les paysans révoltés contre le servage, réprimée par Catherine II.

Mademoiselle de Saussure, devenue Polier, dit beaucoup sur la région dans sa correspondance.

Louise-Honorée-Françoise de Saussure devenue Polier de Corcelles.

«Nous sommes tout à fait occupés de la Cour de France; ce jeune roy, ce renversement de tout ce qui étoit il n’y a que trois semaines en règne me fait une impression que je n’ay jamais éprouvée; les nouvelles particulières que nos François nous procurent nous rapprochent si fort de Paris, de Versailles, de Choisy qu’il me semble que c’est tout près; et ce qui s’y passe en devient plus intéressant; c’est comme un païsage rapproché…»

Ce n’est pas d’aujourd’hui que les Romands se passionnent pour l’actualité française. En 1774 – Louis XVI, âgé de 20 ans, succède à son grand-père –, Louise de Corcelles envoie à ses amis Charrière de Sévery, en voyage en Allemagne, des lettres où elle raconte ce qui intéresse le cercle de leurs amis lausannois.

Visites et séjours de nombreux aristocrates français, anglais, allemands, pièces de théâtre que l’on s’amuse à monter entre amis, mariages, fêtes au bord du lac y prennent le pas sur la grande politique. Et c’est sa vie à la campagne, dans le Jorat, qui tient le plus au cœur de l’épistolière.

Fille du baron de Bercher, Louise-Honorée-Françoise de Saussure épousa Jonathan Polier, fils du syndic de Lausanne. Héritier par sa mère du village joratois de Corcelles, il en prit le nom et y construisit ce que les Corçallins appellent aujourd’hui encore «le château», qu’ils ont amoureusement restauré en 1998.

A la campagne, elle respire et lit des romans anglais La châtelaine, elle, dit «ma maisonnette» – que sont ces huit pièces en regard de la vaste demeure lausannoise où elle s’épuise? A la campagne elle respire, lit des romans anglais, s’émerveille de son cher jardin, de la nouvelle fontaine (qui glougloute encore de nos jours): «Cette source à laquelle Corcelles (son mari) faisait travailler depuis quelques mois, vint un beau matin se jeter à gros bouillons dans le bassin que nous lui avions préparé. C’est un grand événement à la campagne; je crois même que les arbres des alentours s’en réjouirent aussi. Dimanche se fit le ressat des ouvriers et des fonteniers dans notre grange, et cette fête, je vous le promets, valait à nos yeux peut-être celle du château (de Lausanne): c’était vingt-six convives, tous de bon appétit autour d’une longue table, parodiant tout à fait celle du baillif.»

Louise écrit quelquefois à son neveu, Charles de Constant, qui commerce en Chine, et presque chaque jour à ses amis Sévery, rue de Bourg, dans leur château ou à l’étranger. Car on voyage: Montpellier, l’Allemagne, cures à Plombières, en Suisse alémanique auprès d’un guérisseur. La santé est un grand souci. On consulte le célèbre docteur Tissot, qui, de Bourg à la Cité, soigne la bonne société, tout en rédigeant ses traités: «Notre amy est très peu des nôtres, on dit qu’il travaille dans son cabinet et qu’il paroîtra bientôt un livre de lui.»

Mais toujours on revient à ces petits «châteaux» qui émaillent la campagne vaudoise: les hobereaux aiment leurs villages – et surveillent les paysans qui leur doivent la dîme. Corcelles fait interdire de boire autre chose que de sa production? «Ses» paysans achètent aussitôt à Lavaux des parchets qui réjouissent encore la commune!

«J’ay tant parlé patoy que je ne me tireray point d’affaire»

Dans nombre de ses lettres (un recueil publié aux Editions Spes en 1924), Louise de Corcelles évoque ce «Jurat» où elle craint «d’avoir perdu toutes mes belles manières et oublié mon beau langage. J’ay tant parlé patoy que je ne me tireray point d’affaire avec mes commères de Wurtemberg (la duchesse), de Lannion, de Tonnerre, comme je savais si bien faire icy avec mes voisins, Henny, Penseyres et Gessenay.» Elle se plaint de la ville: «Une marquise d’un côté, un paquet de l’autre; des allées et venues, du bruit, des obstacles, des attentes inutiles. Mais arrivée dans ma bienheureuse habitation d’icy, toute sauvage qu’elle est, je me crois au paradis. Un jour me vaut ici comme une semaine à Lausanne.» Aussi soupire-t-elle de devoir quitter Corcelles: «On voit les objets à la campagne sous un tout autre aspect qu’à la ville; le silence qui y règne semble faire taire toutes les petites passions frivoles. Je laisse et je reprends toute ma philosophie au Chalet-à-Gobet.»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1773: De la concurrence pour la Feuille d’Avis   Dim 06 Mai 2012, 22:10




250 ans dans la vie des Vaudois1773: De la concurrence pour la Feuille d’Avis
Souce 24 Heures.ch

C’est à Yverdon qu’un journal similaire voit le jour, puis à Vevey en 1778. Leurs Excellences de Berne refusent, trois ans plus tard, un troisième à Nyon
Cette huile sur bois de 1776 du peintre suisse Johann Ludwig Aberli s’intitule: Vue d’Yverdon depuis Clindi.


C’est à Yverdon qu’un journal similaire voit le jour, puis à Vevey en 1778. Leurs Excellences de Berne refusent, trois ans plus tard, un troisième à Nyon

Les affaires semblent prospérer pour David Duret, qui a lancé son journal d’annonces en 1762, l’ancêtre de 24 heures. Son nom apparaît à plusieurs reprises dans des registres de notaires, pour des prêts qu’il a consentis et pour lesquels il se fait concéder des terres en garantie. En 1785, il acquiert même la propriété du pasteur de Corsier, le domaine de Valmont. Mais n’anticipons pas. Le 25 février 1773 paraît la Feuille d’Avis d’Yverdon. Coup de tonnerre. David Duret monte au créneau, faisant valoir son droit: sus à la contrefaçon! Sa supplique à leurs LL.EE. de Berne et la lettre d’accompagnement du bailli de Lausanne n’ont pas été conservées. Mais il est entendu. Fin mars, Berne fait cesser la publication yverdonnoise. Et malgré le soutien des autorités de la ville, le gouvernement ne revient pas en arrière. Le répit est de courte durée. Car deux ans plus tard se renégocie le privilège exclusif obtenu, pour dix ans, en 1765.

«Illustres, Hauts, Puissants et Souverains Seigneurs, David Duret, d’Etagnières, habitant à Lausanne, très humble, très soumis serviteur et fidèle sujet de l’Etat, vient très humblement représenter à Vos Excellences que tenant de leur bienfaisance bonté paternelle le privilège exclusif de la Feuille d’avis française pour vos Pays romands (…) vient très respectueusement supplier Vos Excellences de lui confirmer cette même bienfaisance…» L’éditeur ajoute que les profits ne sont pas grands et que sans exclusivité, il serait économiquement périlleux de poursuivre l’expérience. Une note du bailli souligne que le public lausannois apprécie le journal. Dans son rapport, la Chambre des bannerets romands propose à l’éditeur d’imprimer le prix des céréales à chaque marché et les discussions liées au bailliage de Lausanne.

Berne accepte la poursuite du privilège, mais seulement pour la ville de Lausanne et sa région. Et le titre d’endosser presque celui de feuille officielle, puisqu’on lui impose de publier décrets et discussions, bénéfices d’inventaires, et noms des personnes décriées ou interdites. Le paiement de l’indemnité annuelle au propriétaire du Bernisches Avis-Blättlein, feuille bernoise que Duret avait imitée dans une version francophone, est maintenu. Yverdon obtient, de son côté, le droit de créer sa propre Feuille d’Avis à la fin de l’année.

Une Feuille à Vevey

Trois ans passent avant que Berne accorde un privilège analogue à Vevey. En juin 1778, Antoine Jossaud d’Auby, de Paudex, est autorisé à lancer son journal en septembre. Trois ans plus tard, c’est au tour de Nyon de faire la demande. L’imprimeur Jean-Louis Natthey, qui a obtenu l’autorisation d’ouvrir une imprimerie en cette ville, propose d’imprimer une feuille d’avis. Berne refuse sèchement, on ne sait pourquoi.

Quant au journal de Duret, il poursuit son chemin. Trois fois, le bailli, sur ordre de LL.EE., tape sur les doigts de l’éditeur. Une première fois, parce qu’un Genevois cherche à engager quelqu’un versé dans le calcul et l’écriture. On a vu que Berne ne tolérait pas la mobilité pour ses sujets. La deuxième fois, ce sont des offres de voyages en voiture dans des pays étrangers qui déplaisent. «De semblables annonces, comme aussi celles de bateaux descendant de Suisse en Hollande, contreviennent absolument aux ordonnances souveraines, qui visent à empêcher toutes les offres d’émigration possibles.»

La troisième fois, en 1783, le Conseil académique de Berne charge le bailli de veiller à ce que la Feuille d’Avis ne fasse paraître aucune annonce sur la nouvelle édition lausannoise des œuvres complètes de Voltaire. On y reviendra.

David Duret n’imprime pas son journal. C’est l’œuvre vraisemblable d’Abram-Louis Tarin. Ce fils de chirurgien, qui était parti se former à Londres pendant huit ans, reprend l’imprimerie lausannoise de François Grasset en 1760.

Lorsque le fondateur de la Feuille meurt en 1803, il laisse son bureau d’éditeur à ses deux fils. La localisation du bureau d’avis apparaît pour la première fois en 1793, au Petit-Saint-Jean, du côté de Pépinet.

Source: Deux cents ans de vie et d’histoire vaudoises, Payot 1962  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1772: On revenait du bal à 7 heures   Dim 06 Mai 2012, 22:02



250 ans dans la vie des Vaudois
1772: On revenait du bal à 7 heures
Source 24 Heures.ch
Les écrits de Mme de Sévery permettent d’entrer dans les détails de la vie de tous les jours


Découpage représentant une fête champêtre au XVIIIe siècle.
Image: TIRÉ DE LA VIE DE SOCIÉTÉ DANS LE PAYS DE VAUD

Cette année-là

Janvier-février La tsarine Catherine II s’entend avec Frédéric II de Prusse et l’archiduchesse d’Autriche Marie-Thérèse pour enlever à la Pologne un tiers de son territoire.
28 juin  Le marquis de Pombal ajoute les facultés de mathématique et de philosophie naturelle à l’Université du Portugal.
Bhoutan Le royaume, qui mène une politique agressive à l’égard de ses voisins, entre en conflit avec la Compagnie anglaise des Indes orientales.
Colonies  L’Espagne fonde la Compagnie des Philippines.

Le manoir de Sévery, dans le bailliage de Morges, se trouvait à quatre lieues de Lausanne. La noblesse du Pays de Vaud aimait vivre en ses terres… à la belle saison, évidemment.
Catherine de Charrière ne fait pas exception. «Sévery est une idylle de Gessner (nous en lisions hier au soir). On y trouve la douce paix et le repos tranquille.» Et de noter dans son journal: «Nous avons pris le thé au verger, le plus doucement et joliment du monde, au milieu des foins qu’on faisait.» Elle consigne aussi les accidents de la route. Partis de Lausanne à 11 heures, le carrosse casse à Morges, «ce qui nous a retenus quatre heures». Ils arriveront à 7 heures «bien fatigués» le 17 juillet 1772. Un déplacement à Goumoëns, chez une connaissance, leur réserve du «sirop de capillaire» et des bricelets, puis du café, du thé, du pain, du beurre, des fraises, de la crème «parfaite dans des tasses de porcelaine». Les valets, eux, se gobergent de jambon, de saucissons et de vins en abondance. Plus le vin de l’étrier, à savoir une bouteille en partant. Gentilshommes et belles dames se mêlaient parfois aux divertissements des villageois. «Nous venons de nous promener, puis de voir danser à la grange. Esther (une femme de chambre) était la reine du bal. Elle a dansé des souabes, toute seule, avec une taille et une aisance qui ont charmé Crommelin (une dame de compagnie).»

Mondaine au bon cœur
La suite permet de pénétrer le cœur, forcément Ancien Régime, de cette mondaine, que l’on décrit aussi comme très religieuse, voire mystique à la fin de sa vie. «Je leur ai donné du vin à tous et une bouteille à Pierre, qui avait l’air si triste dans un coin de la cour, qu’il avait l’air prêt à pleurer pendant ces danses. Il revenait harassé de la charrue, et m’a fait pitié; cette bouteille, m’a dit Louison, lui a réjoui le cœur et l’âme; je suis plus que convaincue que le bonheur, s’il existe ici-bas, c’est-à-dire autant qu’il peut exister, habite le fond des campagnes, sous le chaume, dans les cabanes, surtout si une main bienfaisante est à portée pour prévenir et soulager les besoins et les maux des villageois.»

Les gens aisés faisaient venir leurs graines potagères de l’excellente maison Vilmorin et Andrieux à Paris. Chicorée de Meaux, haricots de Prague (bons pour être séchés), choux marbrés de Constance, cardons de Tours, oignons de Bâle… Parmi les pommes, notons la drap d’or et la cousinette et, du côté des poires, une virgouleuse, une mouille-bouche et une crassane panachée. Beaucoup d’espèces se sont perdues.

Brochet et canard au menu
La viande la plus appréciée semble avoir été le veau, mais aussi la dinde et d’autres volailles. La chasse bien sûr allait bon train. Et le brochet comme le canard ne laissaient pas de marbre. Et les «soupailles» s’inscrivaient parfois dans des fêtes de grande ampleur. Comme lors d’un bal chez M. Gibbon, Mme de Sévery note: «Il y a eu environ cent cinquante personnes; il en a soupé cent trente; on a veillé jusqu’à sept heures. Nous avons vu lever le soleil qui était superbe. Tout a été gai et bien réussi.»

Les divertissements s’enchaînent souvent, car il faut bien se remettre de l’ennui éprouvé en campagne, malgré les bucoliques pâmoisons. Alors on va voir un léopard et un nain, puis on passe la soirée chez Mme de Corcelles. On dîne chez les tantes de Chandieu. On se rend à Mon-Repos, avec les Bressonnaz et Marianne de Bercher, pour voir jouer Mélanide et un «charmant» ballet. «Revenus harassés de fatigue.» Jusqu’à la fin de sa vie, Mme de Sévery conserve sa verve piquante: «Imagine-toi une lèvre en falbala qui traînait sur le bâton de la flûte, et au milieu un petit trou, je ne crois pas qu’on puisse rien voir de plus ridicule.»

Entre ces dames
La complicité entre ces dames, «malgré les harpies qui infectent tout», passe par le prêt de vaisselles et de couverts. Et même davantage. Ainsi Isabelle de Montolieu donne à son amie Catherine le nom de son tailleur, afin qu’il lui fasse les mêmes culottes pour monter à cheval. «Vous pourriez Madame essayer les miennes, et les donner pour modèle en lui indiquant ce qu’il y aurait à corriger pour qu’elles vous allassent bien.»


Source: La vie de société dans le Pays de Vaud à la fin du XVIIIe, Salomon et Catherine de Charrière de Sévery et leurs amis, Editions Slatkine 1911 et 1978

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1771: Mme de Sévery a la plume facile et belle   Dim 06 Mai 2012, 21:58

250 ans dans la vie des Vaudois

1771: Mme de Sévery a la plume facile et belle
Source 24 Heures.ch
Les écrits de cette aristocrate d’ici servent d’ascenseur à remonter le temps.

Catherine de Chandieu, devenue de Charrière de Sévery (à dr.), et Salomon de Charrière de Sévery, son époux.
Image: JOHANN HEINRICH TISCHBEIN

Cette année-là...

12 février Gustave III de Suède monte sur le trône. Retour à l’autocratie.
Marchandage Marie-Thérèse d’Autriche signe un traité avec le sultan ottoman dans lequel elle lui promet une partie de la Moldavie lorsqu’il fera la paix avec la Russie.
Sciences Création à Rio de Janeiro de l’Academia cientifica.
Peinture Jean Honoré Fragonard peint L’amour réveillé dans le cœur d’une jeune fille.
Décoration Francisco Goya prête son talent à la décoration de la cathédrale de Saragosse.

«Adieu ma très chère, très aimable et très aimée, je vous chéris tous les jours davantage, je vous embrasse, vous, votre mari et vos enfants, tous pêle-mêle; cela fait une galimafrée bien de mon goût et dont je
suis friande. Aimez-moi et m’écrivez beaucoup.» Ces mots concluent une lettre, datée de 1771, de Mme Polier de Corcelles, née Louise de Saussure-Bercher, à Mme de Sévery. Qui est-elle pour attirer tant de
sympathie, l’affection des femmes comme l’attachement des hommes?
Catherine de Chandieu, future épouse de Salomon de Charrière de Sévery, est née à L’Isle, au château, trente ans plus tôt, non loin des sources de la Venoge. De Charlemagne à Louis XVI, la famille Chandieu se distingue à la guerre, dans le commerce et au sein de l’Eglise. Esaïe, un des descendants, épouse, en plein XVIIe siècle, Marie de Dortans, héritière de la seigneurerie de L’Isle. Benjamin, son arrière-petits-fils, colonel
du régiment de Lausanne, est le père de Louise-Jaqueline-Catherine, la nôtre. Une de ses sœurs mit au monde Benjamin Constant.

La vie à L’Isle
Entre 10 et 14 ans, la délicieuse, sur les traces d’une de ses tantes, tient une sorte de registre de «ce qui se passe à L’Isle». Pour ses 11 ans, elle note: «Ma mère m’a donné du turin (ndlr: sorte de gâteau) pour
faire la fête.» Cinq jours plus tard: «La vache a fait un veau. Le 8 et le 9 (février) nous avons eu une grande tempête. Le 10 il a beaucoup tombé de neige, nous avons été enfermées.» Ainsi de suite, de menus
faits en incidents, Catherine tente de fixer le cours des jours.
Ses observations permettent de suivre les allées et venues de sa famille et des amis qui passent en visite. Dans une lettre à sa mère, depuis Genève en 1760, elle parle de Voltaire. «Il était mis à faire étouffer
de rire, il avait de grandes culottes qui venaient à la cheville du pied, une petite veste d’étoffe de soie rouge travaillée en or, par dessus cette petite veste une fort grande veste d’une étoffe magnifique à fond blanc brodée en or et en argent, elle était relevée d’un côté pour laisser voir la petite veste et de l’autre elle redescendait jusqu’au-dessous du genou, les culottes étaient de satin cramoisi, par-dessus la grande veste il avait une espèce de surtout de satin avec de l’argent, et par-dessus le tout un manteau bleu doublé de cramoisi galonné d’or superbe; quand il se présenta au théâtre beaucoup de gens se mirent à rire et je fus du nombre.» On donnait Mahomet.
La voici mariée en 1766. Sa correspondance ne fléchit pas à l’image de son impertinence. Elle écrit bien, sacrifie aux menus détails, parle chiffons, donne son avis sur des poudres contre les langueurs d’estomac
ou décrit les gens qu’elle rencontre. Elle n’a laissé aucune œuvre, n’ayant aucune ambition littéraire, mais était atteinte du furieux besoin d’exprimer ses pensées. Les Gibbon, Necker et Tissot l’adoraient.
Elle connaissait le docteur depuis longtemps, car il a été élevé à L’Isle chez son oncle pasteur. Curieuse, de nature ardente et expansive, impulsive et sentimentale, elle fit tourner la tête à plus d’un, mais semble être restée fidèle à son époux. Elle confesse néanmoins en février 1772: «J’ai été mortellement fatiguée et triste d’une faute que j’avais faite à l’égard de mon mari, je la réparerai sûrement.»
Deux ans plus tard: «On a dansé ici, je n’ai pas été sage, j’en demande pardon à mon cher ange que j’adore.» Et encore en 1789: «Un peu de douceur est rentrée dans mon âme. Ledit est parti. J’en ai béni le ciel. Puisse le ciel protecteur me préserver!»
Trilingue, elle pratiquait couramment l’anglais et l’allemand. Son Salomon ne cachait pas sa germanophilie, après avoir été gouverneur des jeunes princes de Hesse.
Maîtresse de maison accomplie et énergique, elle aimait autant recevoir que se dédier aux siens. Elle eut deux enfants, Guillaume-Benjamin-Samuel dit Wilhelm (en 1767) et Angletine-Livie-Wilhelmine (en 1770). Partagée, elle l’était aussi entre ses campagnes de Sévery et de Mex et la rue de Bourg, où elle rayonnait
au milieu des étrangers et de l’aristocratie locale.


Source: La vie de société dans le Pays de Vaud à la fin du XVIIIe, Salomon et Catherine de Charrière de Sévery et leurs amis, Editions Slatkine 1911 et 1978.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1770: les Lumières d'Yverdon   Dim 06 Mai 2012, 21:57

250 ans dans la vie des Vaudois

1770: les Lumières d'Yverdon
Source 24 Heures.ch
Un certain Fortuné-Barthélemy de Félice réalise une Encyclopédie protestante.

Planche de l'Encyclopédie d’Yverdon représentant l'économie rustique.

Les faits qui se sont déroulés en 1770
Lausanne : Le Dr Tissot publie son Traité de l’épilepsie .
12 janvier : A New York, l’affrontement entre colons et soldats britanniques préfigure la Guerre d’indépendance.
Etats-Unis : Fondation de la ville de Chicago.
20 avril : Le navigateur britannique James Cook est le premier Européen à débarquer sur la côte orientale de l’Australie.
8 juillet : La flotte ottomane est détruite par les Russes.
Europe : La famine fait des centaines de milliers de victimes.

Dans les années 1770, Y verdon rivalise avec Paris. Non pas parce que l’on s’y «amuse davantage en 15?jours qu’à Berne en un an», comme le déclare le bailli De Weiss. Mais parce que de presses installées à la rue du Lac sort une Encyclopédie autre que celle que Diderot et d’Alembert viennent de publier dans la Ville Lumière. De 1770 à 1780,
Fortuné-Barthélemy de Félice assure la réalisation de 58 volumes in-quarto (proche de l’A4) de L ’Encyclopédie ou dictionnaire universel raisonné des connaissances humaines, dite Encyclopédie d’Yverdon.

Son concepteur est Italien d’origine, professeur d’académie de métier.
De son vrai nom Fortunato Bartolomeo De Felice (1723-1789), ce Romain ordonné au sacerdoce de l’Ordre des franciscains s’enfuit en Suisse en 1757 en raison d’un passé aventureux peu compatible avec la fermeté catholique de l’époque. Confirmant son attirance pour les idées de la Réforme, il se convertit au protestantisme et s’installe à Yverdon en 1762, selon son descendant morgien, Christian de Félice.
Cette nouvelle orientation religieuse ne reste pas sans effet sur son futur projet. En terre protestante, on accueille avec intérêt l’Encyclopédie de Paris , mais on émet des réserves quant aux articles relatifs à la théologie,
jugés strictement catholiques. Par sa volonté première d’internationaliser l’Encyclopédie et de répandre dans le monde les Lumières helvétiques, Félice concrétise le projet d’une alternative protestante déjà dans l’air depuis plusieurs années. Sans surprise, on dénombre parmi sa trentaine de collaborateurs une grande majorité de
personnes acquises à la cause de la Réforme, en tête desquelles le pasteur vaudois Elie Bertrand, ami de Voltaire.
Fautes grossières corrigées
Dans une lettre rédigée en cette même année 1770, le philosophe français dit d’ailleurs sa préférence pour la version suisse et ses auteurs: «Ils ont l’avantage de corriger beaucoup de fautes grossières qui fourmillent dans l’Encyclopédie de Paris . (…) Pour moi, je sais bien que j’achèterai l’édition d’Yverdon et non l’autre.»
Même s’il n’appréciait pas Voltaire – qu’il considérait comme un ami des philosophes français – et que les encyclopédistes de Paris l’avaient attaqué dans son entreprise, Félice n’a jamais tu ce qu’il devait à Diderot et d’Alembert. Sans oublier de souligner qu’eux-mêmes étaient redevables du Dictionnaire universel des arts et des sciences C***çu par Ephraim Chambers en 1728, à Londres.
Quoi qu’il en soit, Félice et ses collaborateurs se font fort de corriger les faiblesses de l’édition parisienne. En accordant une attention toute particulière à la théologie, qu’ils affirment traiter de façon impartiale: «Nous éviterons toutes les critiques directes, mais nous exposerons les faits et les raisonnements, laissant au lecteur le soin de choisir, la liberté d’examiner et le droit de juger.»
Défenseur de la culture italienne, Félice développe les informations relatives à son pays. Et, comme il a pris l’option de correspondre avec des esprits de tout le Vieux-Continent, il ouvre ses pages à bien d’autres nations, à l’opposé
du franco-centrisme de Diderot. Logiquement, une section importante est consacrée à la Suisse. Et, grâce à la précieuse collaboration du savant bernois Albert de Haller, la culture allemande est particulièrement bien servie. La somme de savoir contenue dans les 37?000 pages et 75 000 articles de l’œuvre de toute une vie englobe bien d’autres domaines encore: de la gravure à la minéralogie en passant par l’anatomie et la pharmacie.
Pour assurer la diffusion de son Encyclopédie, Félice signe un contrat avec une maison d’édition de La Haye.
De Hollande, elle est vendue par souscription dans les différents Etats protestants d’Europe (Scandinavie, Allemagne…) et en Russie. De manière officielle, elle n’atteindra en revanche pas la France – où l’éditeur de l’Encyclopédie de Paris lui barre la route – ni l’Italie, dont le marché est quasi interdit à Félice depuis sa fuite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1769: que de monstres sur terre   Dim 06 Mai 2012, 21:39


1769: que de monstres sur terre

Entre une sirène aperçue à Londres et des jumeaux tête-bêche, que penser de la harpie amphibie?

La très hideuse harpie, monstre amphibie que des marins espagnols auraient pêchée au large du Chili, en bois gravé dans le Messager boiteux.


Les faits marquants de 1769
14 mai :Charles III d’Espagne envoie des missionnaires franciscains en Californie fonder des villes, dont San Francisco.
19 mai : Début du pontificat de Clément XIV (fin en 1775)
30 août : On observe une comète dans le ciel lausannois, elle est au-dessus de Thonon, la queue à l’est
6 octobre : James Cook débarque en Nouvelle-Zélande, où il effectue le relevé de 3860?kilomètres de côtes.
Asie : Une famine abominable frappe le Bengale: on dénombre de 7 à 10 millions de morts.

A la fin du XVIIIe siècle, l’imagination galope, car il reste encore beaucoup de choses à découvrir. Les éléphants fascinent comme les hermaphrodites. Toutes sortes de croyances n’ont pas encore été mises en pièces par le cartésianisme et la science.
En 1769, Le véritable Messager boiteux de Berne, l’ancêtre de celui que nous connaissons et qui se trouve être celui de Vevey, estime que la création du monde remonte à 5717 ans, et le déluge universel à 4083?années. Belle précision.
La revue est lue par un peu tous les Vaudois, en ville comme à la campagne. Antoine Souci, qui se présente comme astrologue et historiographe, y tient une chronique des faits extraordinaires survenus dans le monde.

Cette année-là, il repêche une info de requin mangeur d’hommes. Un «de la même espèce que ceux de la côte de l’Inde occidentale» a été capturé dans une rivière anglaise.
On trouve un collier d’Indien dans ses entrailles. Ce qui ne fait planer aucun doute: le squale a fait le trajet depuis les Indes. A Nice, dans des espèces de plus grande taille, on a découvert des hommes entiers. «On assure que si l’on tient ouverte la gueule d’un requin, les chiens y entrent aisément, pour manger ce qui est dans l’estomac.» Plus loin il est question de géants patagons.
Une autre fois surgit la description d’une sirène aperçue à Londres. «Ses mamelles étaient belles et fermes, quoique sans mamelons. Elle avait le ventre rond, gonflé, sans nombril.» Le bas de son corps ressemblait à un
dauphin. Et ne faisait entendre sa voix mélodieuse qu’aux approches de la tempête.

Loup ou hyène?
Quelques années plus tôt, la bête du Gévaudan tient le monde en haleine.
Voici ce que Le Messager dit de l’animal féroce: «Il est fort friand de la chair humaine, il en veut surtout aux jeunes filles et aux enfants.
Il a dévoré un nombre très considérable de personnes.» Suivent une série de faits sanglants, joue de garçon arrachée et aussitôt avalée, cartilage du nez entièrement mangé, chien projeté à vingt pas… Ce que l’on suppute être une hyène ne sera, au final, qu’un loup. Ouf!
Il existe aussi des naissances extraordinaires. Ainsi, dans le haut Languedoc, «la femme d’un nommé Millet, y a accouché de deux enfants jumeaux en vie, joints ensemble par les fesses. On ne pouvait tenir un de ces enfants droits, que l’autre n’eut la tête en bas.» Après avoir été baptisés, les chérubins quittent ce monde.

Le plus curieux des monstres
Parmi les curiosités avancées par l’almanach, une harpie monstre amphibie mérite qu’on s’y attarde. «Son attitude ressemble en quelque sorte au Sphinx en ce que la partie de derrière est horizontale sur la terre et qu’elle est debout par-devant. (…) Une gueule extrêmement ouverte et avancée lui donne un air de voracité qui est très effrayant.
Des deux côtés de la tête, s’élèvent deux grandes oreilles pointues et velues comme celles d’un âne. Au dessus sont deux cornes tordues comme celles d’un taureau, et au dos vers la hauteur des épaules sont placées deux ailes très fortes (…). La partie inférieure ressemble à celle d’un phoque (…) et se termine en deux queues, dont l’une ayant des articulations jusqu’à l’extrémité pour envelopper la proie et l’autre moins longue est terminée par un dard très pointu, avec lequel, dit-on, il la perce.»
Le monstre a été pêché par des marins espagnols au large du Chili. Le roi d’Espagne a ordonné qu’on le ramène en Europe. Il se nourrit de poissons dans l’eau et de buffles sur terre.
En fin de notice, le doute s’installe. Le chroniqueur se met à calculer. Comme la bête dévore un buffle par jour et trois cochons, il écrit: comment la harpie a-t-elle pu être transportée «avec toutes les provisions de bœufs
nécessaires, pour la nourrir pendant la traversée, et encore le fourrage pour nourrir les bœufs, et la quantité d’eau douce nécessaire pour leur boisson»? Et de se justifier: comme cette histoire a fait beaucoup de bruit en France, «nous avons cru faire plaisir à nos lecteurs».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1768 à Lausanne: la belle vie d'étudiant   Dim 06 Mai 2012, 21:10


1768 à Lausanne: la belle vie d'étudiant
Source 24 Heures.ch

Théâtre, musique, jeux, c’est fou ce qu’on s’amusait alors à Lausanne.

Carton d'invitation à un bal lausannois de l'époque. On est prié "de venir danser à 5 heures".
Faits marquant de 1768

9 janvier : Philip Astley ouvre le premier cirque moderne à Londres.
16 mars : Retour de Bougainville à Saint-Malo après qu’il a exploré les îles les plus septentrionales des Salomon.
10 avril : Mort de Canaletto, peintre et graveur italien.
15 mai : Gênes cède la Corse à la France.
25 septembre : Les ambassadeurs français, pour sauver la Pologne, poussent l’Empire ottoman à attaquer la Russie.
Décembre : Début de la guerre russo-turque (fin en 1774).

La bonne société lausannoise s’adonne au théâtre, à la musique et affectionne les bals.
On aime se déguiser et on se passionne pour toutes sortes de jeux: macédoine, pharaon, macas, trente et un ou vingt et un, vive l’amour, piquet, tarot et whist pouvaient engendrer des pertes d’argent.
Quelqu’un propose même une taxe à prélever sur les enjeux: «Tous les mois on enverrait au pasteur du quartier ce qu’il y aurait de bon; et quel bonheur de penser que les malheureux trouveront leur subsistance dans les plaisirs d’une société!»
La lettre qui suit de Samuel de Werdt de Toffen en dit long. Ce Bernois en séjour à Lausanne, auteur d’une autobiographie et proche de Julie Bondeli, qui forma un cercle littéraire dans la ville de l’ours, l’écrivit en 1768.

«Bien que jeune homme sans titre ni mérite connu, les gens les plus comme il faut, le bourgmestre, le magistrat, les nobles, vinrent me rendre visite, et on me fit de tous côtés les offres les plus polies et des protestations d’amitié. Les dames m’invitèrent d’abord dans les assemblées et journées; ainsi, dans la première semaine, j’appris à connaître tout Lausanne. Cette manière de vivre me plut beaucoup, elle m’égayait, dissipait ma tristesse et rétablit ma santé. Lausanne n’avait pas encore un grand luxe; j’ai peine à me représenter un genre de vie plus agréable. Les étrangers qui y étaient alors suivaient des cours des professeurs qui avaient le plus de réputation.»

La société de Lausanne était partagée par quartiers, ou plutôt par bourgs, comme sa situation semble l’exiger. Il y avait les compagnies de la rue de Bourg, celle de la Palud, celle de la Cité, etc.
Celle de la rue de Bourg passait pour la meilleure et était en effet très bonne. C’était de l’ancienne noblesse, qui n’était pas riche, mais qui compensait par la politesse et les sentiments ce qui lui manquait du côté de la fortune. Il y avait plus de vingt familles où je pouvais rester familièrement à souper et où j’étais regardé comme l’enfant de la maison. J’en conserverai toujours un sentiment reconnaissant. »Voici qu’elle était leur façon de se voir et s’amuser.
On donnait des «journées» quand on voulait faire politesse à quelqu’un ou qu’il arrivait des étrangers; une dame faisait une liste et invitait trente à quarante personnes (de l’un et de l’autre sexe). L’assemblée commençait à trois heures après dîner; on servait le café; ensuite les dames d’un certain âge, les mères et les grands-mères faisaient des parties de jeu.»

Les jeunes gens ne jouaient point; mais sous la présidence d’une vieille tante ou cousine (car dans ce pays-là les vieilles filles ne sont ni ridicules, ni prudes), on faisait toutes sortes de jeux d’esprit, qui étaient propres à exercer l’imagination et former le langage. A six heures, les parties de jeu étaient finies; dans la belle saison on allait se promener; dans la mauvaise, on se rendait dans quelque maison hospitalière, où l’on faisait une avant-veillée jusqu’à sept heures, où l’on soupait; après le souper on veillait, tantôt dans une maison, tantôt dans une autre; là nouveaux jeux d’esprit, les dames qui avaient de la voix chantaient avec accompagnement de violon ou de flûte. Souvent on jouait des proverbes, sorte de spectacle très amusant.
Quelque personne faisait un plan et une suite de scènes qui étaient exécutées immédiatement. Il y avait quelques acteurs et actrices excellents. Au bout de l’hiver, tout le monde jouait bien. Il y avait deux troupes qui se critiquaient sans aigreur, sans se fâcher ni se brouiller. On rassemblait parfois la bonne compagnie du quartier, souvent pour danser, ou pour souper en pique-nique. Il y avait aussi les parties de campagne dans la belle saison. Jamais je n’ai passé mon temps plus agréablement, ni goûté de plaisirs plus innocents, plus variés et moins dispendieux. Mes matinées étaient remplies par des travaux de droit, de mathématiques et de musique. Cette vie était si agréable et le temps s’écoulait si vite que j’oubliais presque que j’avais un cœur et des sens.»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1767 à Lausanne: profession libraire-éditeur   Dim 06 Mai 2012, 20:57


1767 à Lausanne: profession libraire-éditeur
Source 24 heures.ch

Frontispice d'une édition de la Bible Biblia Sacra Vulgatae Editionis éditée à Anvers avec une illustration représentant le libraire lausannois François Grasset (1723-1789), offrant son édition de la Vulgate au pape Benoît XIV.

Petit âge d’or du livre à Lausanne au XVIIIe siècle. En connaisseur, Silvio Corsini raconte.

Les faits en 1767

2 avril : Expulsion des jésuites du territoire espagnol (métropolitain et colonial).
Asie : Début de la guerre chinoise de conquête en Birmanie (fin en 1769).
25 octobre: Naissance de Benjamin Constant de Rebecque, homme politique et écrivain franco-suisse.
3 novembre: Le ministre Tanucci expulse les jésuites du royaume de Naples et confisque leurs biens.
Inde : Echec de l’expédition en Inde du roi afghan Ahmad Shah Abdâli. Les sikhs prennent contrôle du Penjab.

Le livre, la tannerie, l’argenterie, l’industrie du tourisme et un marchand de couleur font florès à Lausanne en cette deuxième moitié du XVIIIe siècle. Côté édition, se doute-t-on que la version poche de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert a été C***çue et fabriquée ici?
Nous y reviendrons. A l’époque, les éditeurs sont tous libraires. Pour publier, il faut avoir pignon sur rue. Les imprimeurs publient aussi. Certains sont libraires, imprimeurs et éditeurs. Silvio Corsini, conservateur de la Réserve précieuse de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, répond à nos questions.

Qu’est-ce qui a fait d’une petite ville comme Lausanne un centre d’impression ?
L’impulsion est venue de notables impliqués dans l’Académie. Charles Guillaume Loys de Bochat, Gabriel Seigneux de Correvon et d’autres ont l’ambition, vers 1730, de faire de l’Académie une véritable université (ce qui ne se réalisera qu’à la fin du XIXe siècle). Ils souhaitent aussi faire s’établir un grand libraire de dimension internationale.
Ces cinq ou six notables fondent alors une espèce de société en commandite et appellent le Genevois Marc-Michel Bousquet, qui a lancé, au bout du lac, plusieurs périodiques bien notés par les milieux littéraires. Il sortait d’embrouilles avec son associé, qui a été retrouvé dans le Rhône.
Changer d’air lui convient et ses premiers livres paraissent dès 1737, pendant une quinzaine d’années avec le double nom de Lausanne et Genève. Car il reste convaincu que, sur la carte géographique de la librairie, cette ville parle davantage aux clients.

Où imprime Bousquet et quels livres édite-t-il ?
Il commence à travailler avec l’imprimeur Zimmerli, mais se rend vite compte qu’il n’a pas le niveau. Il achète alors une imprimerie et la confie au Lausannois Antoine Chapuis, un artisan très soigneux. Pour les grands livres de Bousquet, Chapuis collabore avec d’autres ateliers. Le libraire-éditeur se spécialise dans la vache à lait de ses confrères genevois et lyonnais, soit les grands ouvrages savants à destination du sud de l’Europe, livres catholiques en latin. Il se rend aux foires de Francfort, y achète des titres de grands libraires européens, qu’il diffuse dans le Sud. Il a aussi des ambitions scientifiques. Il publiera la Grande Physiologie du baron de Haller, comme des textes mathématiques des Bernoulli, de Bâle, ou L’analyse des infiniment petits d’Euler.

Que se passe-il vers 1767?
C’est le gros démarrage de la littérature des Lumières: la publication, après Candide , de L’ingénu de Voltaire. A partir des années 60 se produit une cassure, un peu à l’image de 68 au XXe siècle. Les langues vernaculaires s’imposent, détrônant le latin. L’arrivée de Malesherbes, partisan des Lumières, à la tête de la censure française change beaucoup de choses. Les libraires savent qu’ils ne risquent plus le cachot, même s’ils doivent encore se cacher.

Et à la même date à Lausanne ?
François Grasset récupère toute la succession Bousquet, l’homme s’étant arrêté en 1762. Il lui faut cinq ans pour réunir ce petit empire. Marc Chapuis le concurrence, mais il n’a pas l’envergure.
Quant au filleul de Bousquet, Marc Michel Rey, il deviendra le grand éditeur de Rousseau et de Holbach, mais à Amsterdam. Finalement Grasset parvient à s’imposer et c’est le bourgmestre de Lausanne, Antoine Polier de Saint-Germain, qui dirige le groupe d’associés pilotant financièrement l’entreprise. Grasset meurt juste avant la Révolution en 1789.

Où s’écoule la production ?
Vers les pays du Sud principalement jusque dans les années 50. Puis les jésuites, gros clients, sont interdits au Portugal et en Italie. Ce commerce disparaît. Dans les années 60, on se réoriente vers les nouveautés littéraires, qui se vendent partout. Les libraires fréquentent les foires et envoient catalogues et commis en Europe.
Comme le commerce français est noyauté par Paris, les libraires des villes de province préfèrent distribuer des contrefaçons venant de Belgique, de Hollande ou de Suisse, que travailler avec leurs confrères parisiens.

Comment s’exerce la censure ?
Elle ne sévit que sur ce qui se produit officiellement à Lausanne. Tous les livres doivent théoriquement paraître avec approbation, mais de fait il y en a très peu. Le reste se fait au gris.
Les autorités connaissent (presque) tout ce qui est imprimé, mais laissent faire avec bienveillance. Elles sont obsédées par l’idée d’empêcher l’argent de sortir, alors mieux vaut que les livres se fabriquent ici. On brûle Rousseau en place publique, mais il est lu partout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: 250 ans dans la vie des Vaudois   Dim 29 Jan 2012, 22:26


1766: les Mozart à déjeuner
Source 24 Heures.ch

Le génie a 10 ans, lorsqu’il donne deux concerts impromptus à La Palud
Après Lausanne, Mozart se rend à Zurich. Il y rencontre le poète Salomon Gessner, qui lui offre ses œuvres



Les faits en 1766
8 janvier :
 La Grande-Bretagne occupe les îles Malouines.
18 mars :
Le Declaratory Act affirme que le Parlement britannique a tout pouvoir pour imposer ses lois aux colonies et à la population américaines.
10 septembre :
Ouverture de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs à Paris.
5 décembre :
Fondation de Christie’s à Londres.
Population :
La Chine compte 182 076 000 habitants.



La famille Mozart parcourait l’Europe depuis trois ans. Léopold, Anna Maria, Wolfgang-Amadeus et sa sœur, Marianne, dite «Nannerl», voyageaient avec un domestique et une voiture privée achetée d’occasion. A l’étape, ils changeaient cochers et chevaux. Une lettre du père à un ami nous apprend qu’ils ne pensaient s’arrêter à Lausanne que pour midi. Ils viennent de passer trois semaines à Genève, après Lyon, Dijon, Paris, où Louis XV a entendu celui que l’on présenta plus tard comme le «miracle de Dieu», Londres, la Hollande et l’Allemagne.

L’aristocratie lausannoise, les d’Aubonne, les d’Hermenches, les Sévery, en décident autrement. Les serviteurs du prince Louis-Eugène de Wurtemberg emmènent les musiciens en tournée chez leur maître à la maison du Grand-Montriond. Cette belle demeure, aujourd’hui détruite, datait du début du siècle et se trouvait en campagne, à l’est de la colline actuelle, alors hors les murs. Elle avait déjà hébergé Voltaire et accueillera plus tard le docteur Tissot jusqu’à sa mort.

On ignore ce qui a été joué
Nous sommes à la mi-septembre 1766. Les Mozart restent cinq jours, et septante privilégiés, qui peuvent débourser 2 livres (le double du tarif habituel), assistent au concert donné à l’Hôtel de Ville. Certains, émerveillés et fortunés, ne ratent pas le second au même endroit. La belle société lausannoise de l’époque était bonne musicienne. On ignore ce qui a été joué. Sans doute, des pièces virtuoses de grands compositeurs. Et le génie de déchiffrer, d’improviser et d’oser ses propres morceaux.

Dans une lettre à Rousseau du même mois – le philosophe séjourne alors à Môtiers –, le prince de Wurtemberg écrit: «Un enfant toujours grave et rieur, timide mais impérieux, un enfant qui ne se préoccupe de rien et porte avec lui son génie comme d’autres font leurs boucles blondes.» Ce qui n’empêche pas le prodige de jouer avec la fille de 3 ans du prince, «la poursuivant plaisamment entre les fauteuils, lui baillant force grimaces qui la jetaient dans de grandes stupeurs suivies de grands rires». Wolfgang compte déjà seize sonates, quatre symphonies et soixante morceaux divers. Wurtemberg ajoute: «Le désir de composer le tient si vivement qu’il lui arrive, en pleine nuit, de quitter sa couche afin d’essayer au clavier, dans l’obscurité, telle mélodie qui l’occupe.»

Dans l’Aristide ou le citoyen, l’hebdomadaire de la Société morale que le prince a fondé à Lausanne et qui paraîtra un an, Samuel-Auguste Tissot revient lui aussi sur le musicien. «La sensibilité et la justesse de l’oreille sont si grandes chez le jeune Mozard (sic) que des sons faux, aigres, ou trop forts font couler ses larmes. Son imagination est aussi musicale que son oreille, elle a toujours présens une multitude de tons à la fois; un seul ton donné rappelle dans le même instant tous ceux qui peuvent former une suite mélodieuse, une symphonie complète.»

Le petit compose des airs de flûte (à jamais perdus) pour son hôte lausannois adepte de cet instrument. A 5 ans, avant d’écrire, il dictait du clavier ses premières compositions à Léopold, qui s’était fait un nom avec son traité de violon. A 9, comme le rapporte le savant anglais Daines Barrington, lorsque son père, tenant la partie grave d’un duo, détonna une fois ou deux, «l’enfant montra quelque mécontentement, lui indiqua les fautes du doigt et le remit sur la voie». Sa sœur, violoniste virtuose elle aussi, ne put que l’encourager sur le chemin de l’excellence. Il arrivait au petit prodige de porter le vêtement rose de l’archiduc Maximilien d’Autriche, car l’impératrice Marie-Thérèse, éblouie par ses talents, lui en avait fait cadeau. De sa mère, il avait hérité le nez long.

Le 18 ou le 19 septembre, les Mozart quittent Lausanne pour Zurich, où ils se lient d’amitié avec le poète Salomon Gess­ner. Il n’existe aucune représentation du prodige à Lausanne.

Sources:
Mozart 1766… En passant par Lausanne, Opéra de Lausanne, Vie Art Cité, Editions de l’Aire, 2006.
La musique dans le Pays de Vaud sous le régime bernois (1536-1798), Jacques Burdet, Payot 1963.
Une société Mozart existe à Lausanne: www.mozart-lausanne.ch

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1765: les fait divers de «24 heures» de l'époque   Dim 29 Jan 2012, 22:17


1765: les fait divers de «24 heures» de l'époque

Sur la première page du numéro du 21 juin 1763, qui en compte quatre en tout de même aspect, la première annonce (surlignée) mentionne un funeste fait divers.
Le format des pages était proche de notre A5 actuel



La malheureuse famille Calas: en 1765, Voltaire réussit à faire innocenter Jean Calas. Protestant de Toulouse, condamné pour avoir tué son fils sur de fausses accusations, Calas fut torturé, roué, étranglé, puis brûlé en 1762.
On voit ici sa famille au moment de la cassation qui précède la réhabilitation.

Cette année-là...

Juillet:
Diderot termine la rédaction de son Encyclopédie, débutée en 1747, dont le premier volume est paru en 1751. Il entame son roman Jacques le fataliste.
Missions :
Début de la colonisation de la Californie sous l’impulsion du roi d’Espagne Charles III.
6 septembre: 
Chassé de Môtiers, Rousseau s’installe sur l’île Saint-Pierre, dont il est expulsé le 16 octobre par les Bernois.
20 décembre :
Le dauphin Louis Ferdinand, fils de Louis XV, père de Louis XVI, décède de la tuberculose.

Les petites annonces de l'ancêtre de «24 heures» reflètent les soucis quotidiens des Vaudois.

«On souhaiteroit, dans un château, un domestique d’un âge mûr, fidèle, point adonné au vin, qui sache raser et friser.» Cette petite annonce date de 1762, la première année d’Annonces et avis divers, premier nom de la Feuille d’Avis de Lausanne (FAL), ancêtre de 24 heures. Elle prête aujourd’hui à sourire, dans son fond comme dans sa forme. Mais la boisson est alors un vrai souci. L’exigence de sobriété revient dans plusieurs avis publiés dans le journal.

En cette deuxième moitié du XVIIIe siècle, l’allure de l’hebdomadaire est très austère. Mais cette simplicité recèle une mine d’informations sur la vie lausannoise. On y découvre, au fil des annonces dûment numérotées, une ville industrieuse, qui abrite quantité de petits métiers parfois disparus.

Le train n’existe pas. Les personnes qui désirent se déplacer essaient de se regrouper pour réduire les frais. «Le sieur Frossard, voiturier en cette ville, se propose d’aller pour Bâle le 15 du courant avec un bon carrosse; les personnes qui seront dans le dessein d’aller de ces côtés pourront s’adresser à lui, il leur fera un prix raisonnable.»

Queues de chevaux coupées
La Feuille, si elle n’offre aucun article, permet de lire l’actualité en filigrane. Elle peut être littéraire, comme en 1763, lorsque le sieur Marc Chapuis, libraire, annonce qu’il vient de recevoir les Pensées de Jean-Jacques Rousseau et la dernière édition de l’Avis au peuple, du docteur Tissot. La preuve que ces ouvrages sont demandés.

Parfois, une annonce raconte un vrai fait divers, comme celle-ci, placée en tête de l’édition du 21 juin 1763: «On donne avis qu’étant arrivé des désordres sur les monts de la paroisse de Villette, commis par des misérables pervers qui ont coupé la queue de 22 chevaux qui y pâturaient, la nuit du 7 au 8 du courant, LL.EE. (ndlr: leurs Excellences de Berne), dans la vue d’en découvrir les auteurs et pour ne pas laisser de telles actions impunies, ont chargé Sa Très Noble Magnifique Seigneurie Baillivale de Lausanne de faire savoir qu’elle accorde une récompense de 200 florins à celui qui les dénoncera, et que si même le dénonciateur se trouve complice, non seulement son nom demeurera caché, mais aussi on lui accordera son pardon et la même récompense.»

Collection incomplète
La collection de la FAL en ses premières années de vie est malheureusement très incomplète. Le journal est un objet usuel qu’on ne conserve pas après lecture. Il coûte 1 batz, soit à peu près le prix d’un pain d’un kilo. On peut aussi le consulter directement au bureau du journal pour le quart d’un batz, soit une cruche (creutzer).

Ce n’est qu’à partir de 1818, soit après cinquante-six ans d’existence, que l’administration du titre songera à garder un exemplaire. Du coup, les exemplaires du XVIIIe siècle sont rares. Sur la cinquantaine de numéros annuels, il n’en reste parfois qu’un seul. Voire pas du tout. C’est le cas de l’année 1765.

On trouve déjà à l’époque tous les types d’annonces encore utilisées aujourd’hui. La vente: «Un cheval noir de Transylvanie qui n’est pas vieux, à un prix raisonnable»; les objets perdus et trouvés; les offres d’emploi, qu’on appelle «conditions offertes et demandées». Ainsi, à Saint-Légier, «on demande un bon chasseur, qui dresse bien les chiens et sache détruire les renards. Les peaux de renards, qui abondent dans cette terre, lui reviendront. Il aura avec cela de bons gages et sera nourri et habillé.»

Un supplément immobilier est même publié, en 1764: «L’éditeur de cette Feuille, désirant de se rendre de plus en plus utile au public, donne avis qu’il a fait imprimer un état de toutes les chambres de Lausanne, tant celles du Château que de la Ville, et les étrangères, et qu’on en distribuera dans son bureau le jeudi, pour 1 batz l’exemplaire.»

Le journal donne à chaque édition le prix du pain, du vin et de la viande. Et, plus étonnant, le nombre de pintes en ville. En tout 43 en 1762. C’est le quartier de Saint-Laurent qui en compte alors le plus, soit cinq.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: En 1764, les Vaudois étaient «Pauvres, ivres et oisifs»   Dim 29 Jan 2012, 22:05


En 1764, les Vaudois étaient «Pauvres, ivres et oisifs»
Source 24 Heures.ch





Le questionnaire adressé aux pasteurs vaudois a été pieusement conservé aux Archives cantonales.


1764: cette année-là...

1er janvier :
Mozart, 8 ans, joue pour Louis XV sur les orgues de la chapelle royale de Versailles.
30 juin :
Jeanne Boulet, 14 ans, est la première victime de la Bête du Gévaudan.
Pionnière:
En octobre, Catherine de Russie se fait vacciner contre la variole pour donner l’exemple.
Scandale:
Voltaire publie son Dictionnaire philosophique. Considéré comme «téméraire, scandaleux, impie», l’ouvrage est brûlé à Genève et à Berne.
21 novembre:
Création d’une Commission pour l’amélioration des vignes de Lausanne.


Les pasteurs vaudois faisaient alors une description terrifiante de leurs ouailles.

En l’an 1764, Leurs Excellences de Berne sont inquiètes. Plusieurs intellectuels vaudois tirent la sonnette d’alarme: le canton se dépeuple. C’est l’avis de l’économiste Charles-Louis de Cheseaux, qui écrit en 1761: «La diminution du nombre des habitants dans le Pays de Vaud est une vérité de fait qui frappe tout le monde.» Depuis lors, les historiens ont démontré que l’information était fausse: Vaud compte alors 123 000 habitants et ne connaît aucune baisse démographique.

Berne nourrit un préjugé répandu à l’époque: l’essor d’une population dépend de la prospérité et de son ardeur au travail.
Elle considère, selon la morale protestante, que l’oisiveté porte atteinte à Dieu. LL.EE. décident donc de connaître la situation des Vaudois et envoient un questionnaire à chaque pasteur. Les réponses à cette enquête sur la pauvreté ont été conservées. Deux étudiants d’histoire de l’Université de Lausanne, Jean Borloz et Toni Cetta, leur ont consacré des mémoires de licence instructifs.

La plupart des pasteurs répondent de façon circonstanciée. Quelques-uns rédigent de minuscules notices. Ils vont jusqu’à demander une augmentation de leurs propres revenus… Pratiquement tous regardent leur troupeau à travers le prisme de l’éthique protestante. Ils dénoncent chez les Vaudois trois vices qui expliqueraient la pauvreté constatée: l’oisiveté, l’ivrognerie et le goût du luxe.

Recours à la mendicité
Seize pour cent des Vaudois, en moyenne, n’arrivent pas à joindre les deux bouts sans la mendicité et l’aide de la caisse des pauvres de la commune. Il s’agit en majorité de vieillards, de handicapés et d’enfants. Les chiffres sont très variables d’une paroisse à l’autre: tout laisse à penser que le taux dépend davantage des moyens à disposition de l’aide sociale communale que de la pauvreté réelle des habitants. Essertines compte ainsi 50% d’assistés, Aigle 24% et Payerne 6%.

Bien des pasteurs attribuent cette misère à la paresse.
Le ministre de Saint-Saphorin l’affirme: «Obliger le pauvre au travail est peine perdue. C’est pourquoi on engage de préférence des étrangers en tant qu’ouvriers.»
Même son de cloche à Cossonay: «Ils ne travaillent que s’ils sont bien rémunérés. Sinon ils choisissent la fainéantise et la misère.» A Villette, après la vendange jusqu’en février, «presque tous vivent dans une totale inaction, renfermés comme des marmottes».
Les pasteurs montrent aussi du doigt les mendiants étrangers. Pourtant l’autorité bernoise n’est pas tendre: ils sont une première fois raccompagnés à la frontière; pincés une deuxième fois, ils sont fouettés. Et marqués au fer rouge en cas de récidive. Le deuxième vice fustigé par les hommes d’Eglise, c’est l’ivrognerie. Plusieurs demandent la fermeture des cabarets où même les plus industrieux brûlent leurs économies le dimanche ou les jours de marché. Le pasteur de Savigny signale que les champs ne donnent presque plus rien parce 200 chariots de fumier par an partent engraisser les vignes. Pully abrite une auberge très prisée: «Les étrangers y viennent des environs se livrer au vin et à la débauche.»

Quant au goût du luxe, ce péché vient de la ville, où beaucoup de campagnards émigrent comme serviteurs. Ainsi, à Crassier, les femmes «s’amusent à boire le café, surtout celles qui ont été en service en ville, boisson dispendieuse qui entraîne après soi diverses autres branches de gourmandise et de dépense». A Vevey aussi le goût du café est ruineux: «Les personnes du commun le prennent en quantité avec la crème, ce qui joint à l’abondance de sucre ne peut que faire un capital considérable qui doit les appauvrir.»

Beaucoup constatent que l’émigration dépeuple des régions entières. Ainsi, dans la région de Payerne, on part travailler à Neuchâtel dans les usines d’indiennes. On y envoie même des enfants depuis l’âge de 5 ans. L’enquête montre surtout que le canton conserve sa vocation agricole, de nombreux pasteurs invitent Berne à favoriser les industries, surtout en saison froide, pour sortir les Vaudois de leur funeste léthargie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 1763: Mr. Gibbon le Lausannois   Dim 29 Jan 2012, 21:53


1763: Mr. Gibbon le Lausannois
Source 24 Heures.ch

Cette année-là...
Chantier :
A Lausanne, construction par étapes du château de Beaulieu.
12 février :
Mort de l’écrivain français Marivaux (né en 1688).
27 avril: 
Emmenés par leur chef Pontiac, les Indiens outaouais entrent en guerre contre les Britanniques.
7 octobre: 
La Grande-Bretagne établit la Proclamation Line, qui réserve un territoire aux Indiens. La colère des colons nord-américains aboutira à la guerre de l’Indépendance.
29 octobre: 
Le marquis de Sade est incarcéré suite à des excès dans une maison close.
Le 17 août, rue de Bourg, le grand historien anglais poursuit son œuvre de diariste en français.


L'historien Edward Gibbon (1737-1794)


Ce soir-là, un gentleman mafflu, à front bombé sous une perruque poudrée à frimas, rejoint l’ élégante maison d’Henri Crousaz, un patricien lausannois qui offre gîte et couvert à des étrangers «de condition». A 26 ans, Edward Gibbon en est le spécimen le plus intéressant: érudit en diable, cet enfant de la haute roture londonienne sait tourner des rimes galantes, amuser la galerie et jouer au whist dans les gentilhommières du quartier de Bourg – au cœur duquel se trouve sa pension. Il fait aussi florès dans la villégiature de Mézery, une propriété de ses hôtes à l’ouest de la capitale.

Il parle la langue de Voltaire à merveille pour l’avoir étudiée intensivement lors d’un précédent séjour lausannois, de 1753 à 1758, dans la demeure austère d’un pasteur, Daniel Pavillard, sise au No 12 de la rue de la Cité. Du reste, c’est à la table familiale de cet excellent mentor qu’il vient de souper après une journée de distractions mondaines. Et c’est en français justement qu’il décide de reprendre un journal intime entamé dans le Hampshire deux ans plus tôt: «Depuis quelque temps, je ne fais plus rien. Les petites dissipations de la ville, le tumulte de Mesery (sic), et les changements journaliers de l’un à l’autre, me donnent plus de distractions à Lausanne que je n’en ai jamais trouvées à Londres ou à Paris. Il faut se remettre au travail.»

Presque un an
L’escale de Gibbon en Suisse ne devait être qu’une escale de trois mois, avant qu’il n’effectue son «grand tour» de l’Europe – un périple alors en vogue chez les étudiants nantis, à l’aube du romantisme – mais, dans notre cité lémanique, qui fut celle de ses meilleures études et de son premier amour, il restera jusqu’au printemps 1764. Presque un an. L’ultime page de son «journal lausannois» sera datée du 19 avril de cette année-là.

Son odyssée européenne incluant une étape dans la Ville éternelle, on sait que c’est sur la colline du Capitole qu’il concevra son dessein d’une Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain. Une somme en six volumes, qui deviendra une référence pour des étudiants du monde entier, pour des poètes majeurs anglais tels Byron et Shelley. Plus tard, ses analyses caustiques inspireront les discours de Churchill, et ses fresques narratives des idées scéniques au cinéaste américain George Lucas, auteur de la trilogie de Star Wars. Outre-Manche et outre-Atlantique, Edward Gibbon restera le parangon de l’intellectualisme humaniste absolu. Or rien ne le prédestinait à cette gloire: né en 1737 à Putney, dans le Grand-Londres, il est le petit-fils d’un bourgeois ruiné. Il perd sa mère à 10 ans. A 14, il débarque au Magdalen College d’Oxford, y tombe sous l’influence de maîtres fainéants. Il s’en affranchit en lisant un peu trop Bossuet et en se convertissant au catholicisme. Un scandale que son père parvient à étouffer en l’envoyant à Lausanne, chez ce pasteur Pavillard, qui se fera un honneur de le ramener aux principes de la Réforme: le jour de Noël 1754, le jeune Edward communie en notre très protestante cathédrale.

Son implacable mais bien-aimé précepteur lui apprend dans la foulée à perfectionner son latin, son grec ancien, les mathématiques, la géographique. A se passionner pour l’histoire. Il a 20 ans quand il tombe amoureux de la fille d’un autre ministre de Dieu, Suzanne Curchod, alias «Suzette» ou la «Belle Curchod», qui est l’enfant du pasteur de Crassier. Elle a son âge.

Des qualités de gentleman bien né
Si elle trouve à ce soupirant «de beaux cheveux et la main jolie», ses parents reconnaissent surtout au jeune Anglais des qualités de gentleman bien né. Même s’il est adipeux, avec des jambes courtes et un «visage enfoncé dans de grosses bajoues». Leur idylle fera long feu: le père d’Edward lui intime l’ordre de revenir à Londres. Quant à la «Belle Curchod», elle deviendra l’épouse de Jacques Necker, le plus brillant ministre de Louis XVI, et la mère d’une certaine Mme de Staël…

Lorsque Edward Gibbon revient, pour une troisième et dernière fois à Lausanne, en 1783, c’est pour y parachever sa puissante fresque historique et romaine. Il a encore épaissi, des infections scrotales le font claudiquer, il souffre. Mais dans le jardin de sa maison de la Grotte, en contrebas de Saint-François, il s’assied souvent au pied d’un acacia pour humer la vue vivifiante des Alpes et la lumière du Léman.

Il mourra et sera enterré dans son pays natal en janvier 1794, à l’âge de 56 ans.

Source: Ernest Giddey, Gibbon à Lausanne, Musée historique de l’Ancien-Evêché, 1976

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karine73
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1046
Age : 45
Localisation : Lausanne
Loisirs : Puzzles / Jeux PC et Ds / Tricot / Canevas
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: 250 ans dans la vie des Vaudois   Dim 29 Jan 2012, 21:45




1762: naissance et mystères
Source 24 Heures.ch

Première page du premier numéro conservé de l'ancêtre de 24 heures



Cette année-là

A feu et à sang:  
La guerre de Sept Ans (1756-1763) oppose la France à la Grande-Bretagne, et l’Autriche à la Prusse. L’Europe est touchée comme les colonies (Amérique du Nord, Antille et Inde).
5 janvier:  
La tsarine Elisabeth Ire de Russie meurt. Son fils, Pierre III, lui succède.
Religion:  
Les Jésuites sont expulsés de Guyane.
6 octobre: 
L’amiral britannique Samuel Cornish s’empare de Manille aux Philippines.
A l’opéra: 
Création, à Vienne, de l’opéra Orphée et Eurydice, de Christoph Willibald Gluck.

L’ancêtre de 24 heures, Annonces et avis divers, voit le jour en juin 1762.

Le brouillard reste entier sur le contenu du premier numéro et des 22 suivants. Aucun exemplaire n’a été conservé. On sait pourtant, par déduction, qu’Annonces et avis divers est paru la première fois le mardi 29 juin 1762.

La 24e sortie, datée du 7 décembre, se compose de quatre feuillets in-quarto (18 x 23,5 cm) et ne propose que des annonces, des conditions demandées et offertes (entendez offres et demandes d’emplois), une rubrique effets trouvés, le prix des blés, des pains et des vins, un cours des changes et un petit texte poétique non signé dédié à l’automne. Vraisemblablement un bouchon, soit quelque chose qu’on imprime lorsque de la matière manque. «On offre à vendre un tour de lit vert à un prix raisonnable. On s’adresse au Bureau qui indiquera la personne.» Le bureau d’avis est une boutique dans laquelle on déB*** les marchandises du propriétaire, comme les objets ou marchandises offertes par des tiers et annoncés dans le journal.

Le titre de la publication, Annonces et avis divers, se maintient au moins jusqu’en octobre 1764. Les numéros conservés de 1766 portent le nom de Feuille périodique. Dès 1779 apparaît Feuille d’Avis à Lausanne chez Duret, et en 1800 Feuille d’Avis de Lausanne (FAL). Le mardi reste le jour de parution. La collection n’est complète que depuis 1818.

David Duret, fils de boulanger

David Duret, le fondateur, est fils d’un boulanger d’Etagnières établi à Lausanne. Baptisé dans cette ville le 12 mars 1733, il perd son père à 13 ans et sa mère à 15. Il épouse la Lausannoise Jeanne-Esther Delisle en 1758 à la Cathédrale. Trois fils naissent de cette union, Daniel, Samuel-Gabriel – qui décède à trois mois – et François-Louis. La mère quitte ce monde à 44 ans. David Duret élève alors seul ses deux fils. Son contrat de mariage mentionne l’existence d’une boutique, sans plus de précisions. Elle se trouve à la base du bureau d’avis.

D’où lui est venue l’idée de lancer un hebdomadaire? Une piste remonte à 1737 et à la création du vrai premier journal lausannois, la Gazette de commerce. Editée par le notaire bernois Sigmund Wagner, la publication n’a tenu qu’un an. Elle avait l’ambition de couvrir la Suisse française avec des bureaux dans le Pays de Vaud, mais aussi à Neuchâtel, Fribourg, Genève et Bienne. Celle qui deviendra la Feuille de commerce publiait parallèlement aux avis un supplément traitant de littérature, d’éducation et de politique. M. Wagner possédait aussi le Bernisches Avis-Blättlein (BAB), toujours en activité en 1762.

David Duret le connaît et se dit qu’un équivalent francophone doit pouvoir rapporter. Moins ambitieux que la Feuille de commerce, mais avec pour but de toucher les autres villes du Pays de Vaud, l’ancêtre de la FAL s’imprime donc avec la bénédiction des autorités lausannoises. Très vite, Sigmund Wagner fait opposition, s’estimant lésé dans le privilège d’exclusivité que lui accordent, de dix ans en dix ans, LL.EE. de Berne pour la publication de son BAB. Un compromis est trouvé: Duret paye une indemnité annuelle de 4 couronnes à Wagner et fait imprimer sur sa feuille «Par permission requise et approuvée de LL.EE.» L’accord est valable jusqu’en 1765.

Intervient alors un premier cas de censure. «Ce n’est pas sans consternation que nous apprenons que divers ressortissants de LL.EE., de l’un et l’autre sexe, sont attirés hors du pays, et que c’est la feuille d’avis créée récemment à Lausanne qui leur en donne l’occasion, par des annonces dans lesquelles de nombreux domestiques sont demandés pour des emplois à l’étranger, et ensuite engagés par des agents dans le pays et expédiés au dehors.» Le gouvernement bernois, qui ne tolère pas la mobilité de ses sujets, écrit ces mots courroucés au bailli de Lausanne fin 1764. Il faut que ça cesse: interdire à l’éditeur de publier pareilles annonces. Au bailli d’exercer, à l’avenir, un droit de regard sur le contenu de la feuille.

Cet incident n’empêche pas David Duret d’obtenir, l’année suivante, le droit de publier son journal en exclusivité sur terres vaudoises, tout en continuant de régler l’indemnité annuelle à M. Wagner. Ce droit, Duret l’acquiert pour dix ans.

Source: Deux cents ans de vie et d’histoire vaudoises , Payot 1962.

_________________


Dernière édition par karine73 le Dim 29 Jan 2012, 21:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 250 ans dans la vie des Vaudois   

Revenir en haut Aller en bas
 
250 ans dans la vie des Vaudois
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un film centenaire sur l'horlogerie retrouvé dans un cinéma Vaudois
» ruche dans mon jardin
» Restanques dans le Var
» les mauvaises herbe dans le jardin
» savez-vous qu'il y a des border collie dans les refuges?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyagesdetontonjef :: Tourisme :: Nos pays :: Nos pays :: Europe :: Suisse-
Sauter vers: